35 - restaurant paca paris

"Un soir, un peu éméchées, on a commencé à projeter d'ouvrir un resto ensemble... Le lendemain, on était toujours partantes"

Marion et Virginie

"Cette histoire est celle de deux amies. Marion et moi nous sommes connues il y a vingt ans, à Hyères, au collège. Nous sommes restées en contact.
J'étais fille de restaurateur. J'aimais l'ambiance en cuisine, le service, les plats qui passent. Pourtant, j’ai fait une école de commerce avant de me tourner vers le monde du luxe.

En 2011, j’ai signé mon premier CDI en tant que commerciale chez Lancel. Au bout de trois ans, je sentais que plus rien ne me stimulait. J’ai commencé à enchaîner des boulots que je finissais toujours par quitter pour les mêmes raisons : manque de dynamisme, de prise de risque. Je crois qu'on appelle ça l'ennui.
Marion, elle, avait œuvré dix ans au service des marques. Entre 2015 à 2017, elle était responsable marketing chez Gap. Son truc, c’était la mode, mais elle souffrait comme moi de l’absence de prise d’initiative.
A l’approche de la trentaine, le sentiment d’être bloquée dans sa vie l’oppressait.

Un soir de mai 2016, un peu éméchées, alors qu’on se plaignait une énième fois de nos boulots respectifs, on a commencé à projeter d'ouvrir un resto ensemble… en nous enflammant un peu. Sauf que le lendemain, on était toujours partantes. Nous avions juste peur qu’étant amies, les rapports professionnels soient délicats - quand il y a de l’affect, il y a de l’ego.
Alors, nous avons eu cette conversation dans le blanc des yeux qui a tout accéléré. En janvier 2017, on a démissionné chacune de notre côté pour développer notre concept et élaborer un prévisionnel.

Un an plus tard, notre restaurant A l’ombre voyait le jour dans le 11ème arrondissement de Paris. Ce lieu, c’est là d’où nous venons, la région PACA - dont nous voulions modestement être les référentes. On a fait en sorte que ça sente la garrigue quand les clients entrent. On a sourcé nos produits en arpentant les routes provençales, pour découvrir auprès de fournisseurs ce qu’on pouvait rapporter de meilleur. Nous élaborons ensuite en cuisine des plats typiques, des anchoïades savoureuses, des terrines…
Quelques mois à peine après l'ouverture, nous avons déjà de beaux retours. Prochaine étape : décliner le concept et continuer sur notre lancée. C'est tout ce que l’on peut se souhaiter."


Propos recueillis par Rosanna Lerner / Photo de Rosanna Lerner

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Pierre

“Je pense spontanément au mot sérendipité. Une idée en amène une autre, souvent inattendue” Pierre “Ado, j’étais fan d’ornithologie. Mais après un BTS spécialisé dans ce domaine, je ne me suis pas senti à ma place et mon amour des oiseaux à commencé à décliner. Il faut dire que ce...

Lire la suite

Ruby

“J’étais l’une des seules noires de mon village. J’avais un accent. J’allais devoir me battre plus que les autres” Ruby “Je n’avais rien prévu, rien imaginé, mais c’est arrivé. Bien sûr, j’avais des rêves. J’en ai toujours. Mais le propre du rêve, c’est souvent d’en rester un. Je suis née...

Lire la suite

Simon

“Ici, je ressors du placard des projets que j’avais enterrés il y a 20 ans” Simon “Avec ma femme, nous commencions à tourner en rond à Paris. Plus rien ne nous surprenait, ni les gens, ni les odeurs, ni les lumières… On se disait souvent que nous aimerions que notre...

Lire la suite

Valérie

“Nous avons l’impression de ne pas être parasités et les choses ne nous sont pas imposées par le flux de la ville” Valérie “J’aurais sûrement changé de vie mais je n’aurais pas pris cette voie si je n’avais pas rencontré François. Nous partagions le plaisir de lire, réfléchir, transmettre quand...

Lire la suite

Laura

“Je subissais le rythme des prestations à la chaîne et des collègues mesquins” Laura “Mon début de carrière n’a pas tout à fait été à la hauteur de mes attentes. J’avais déménagé à Paris après un CAP coiffure que j’avais suivi à Lyon. Il m’a fallu passer par sept salons...

Lire la suite

Audrey

“J’ai quelque part toujours su que je voulais m’engager pour une autre éducation” Audrey Petite, je criais déjà à cor et à cri à l’injustice. Très tôt, en observant mes amis, j’ai constaté que l’on faisait souvent passer des messages aux enfants par le biais de la violence, souvent verbale,...

Lire la suite

Hugues

“Quand tu peux surfer tous les jours, la difficulté n’est jamais un calvaire” G “Je n’étais pas malheureux dans mon quotidien. Nous vivions à Marseille, où mon travail de gestion de grands projets nucléaires était excitant et m’amenait à bouger un peu partout – jusqu’au jour où ma compagne s’est...

Lire la suite

Chloé

“C’est en discutant avec un collègue, dont les enfants avaient été diagnostiqués haut potentiel, que j’ai décidé de passer un test” Chloé “Petite, on avait dit à mes parents que j’étais un enfant précoce, le mot que l’on utilisait à l’époque. En grandissant, j’ai mis ça de côté, je ne...

Lire la suite

Timothée

“Comme prévu, j’étais bien installé dans une routine avec un bon salaire… et de l’ennui” Timothée “Ce qui est ironique, c’est que j’ai fait mon tout premier stage, à 14 ans, chez un boucher de Sarcelles. Mes parents m’y avaient envoyé pour que je comprenne la difficulté du monde ouvrier...

Lire la suite

Christophe

“La transition est une traversée du désert sans ravitaillement et en solitaire” Christophe “Dans ma vie précédente, j’animais un réseau de distribution de foulards en soie. Je rayonnais depuis Hong Kong sur la zone Asie Pacifique : Corée du Sud, Taïwan, Singapour… J’étais tout le temps en voyage, il m’est...

Lire la suite