47- luis art deco landes paniers

"J’ai mis six ans à comprendre que je me posais la mauvaise question. L’important était de savoir ce que j’aimais faire"

Luisa

"Je suis Angolaise. Je viens de Luanda, la capitale, où j'avais monté mon propre salon de coiffure.
Et puis, j'ai rencontré mon mari, un Français, et j'ai abandonné tout ce que j’avais créé par amour pour lui. Je l'ai suivi en Corse.
Même si j’ai été accueillie à bras ouverts par sa famille, mon intégration dans la société n’a pas été évidente. Comment se faire des amis quand on ne parle pas la langue de son pays d’accueil ?
J'ai fini par trouver un emploi de femme de ménage, tout en me demandant ce que je pourrais faire de plus épanouissant. J’ai mis six ans à comprendre que je me posais la mauvaise question. L’important était de savoir ce que j’aimais faire ! S’il n’y avait pas de travail pour moi ici, je devais en créer un sur-mesure.
Je me suis soudain souvenue de cette formation d’éco-vannerie que j’avais suivie, adolescente, dans une école d’art à Luanda. Cette discipline consiste à fabriquer des objets à partir de papier recyclé. En Angola, nous ne sommes pas seulement d’excellents danseurs, nous sommes des créatifs, sensibilisés dès notre plus jeune âge au respect de l’environnement.
J’ai offert mon premier panier à mon mari. Il a été impressionné et m’a encouragée à continuer. Puis j’ai commencé à créer des lustres et des corbeilles pour mes amis. Je récupérerais les prospectus de réclame des supermarchés pour en faire ma matière première.
Dans la foulée, un article a paru sur moi dans un magazine féminin et le bouche-à-oreille a fait le reste. Maintenant, le papier vient à moi ! Parfois des inconnus déposent devant ma porte des sacs de journaux qui ont échappé au cycle du tri.
Je vends mon travail sur les foires. Chacune de mes créations raconte une histoire : j’y mets mes valeurs, la nostalgie de mon pays, la beauté inspirante de la Corse. Je donne aussi des ateliers, pour sensibiliser les jeunes à l’écologie. Ce qui me rend le plus fière n’est pas seulement le fait de réaliser de belles choses, c’est surtout de fédérer et de changer les mentalités.
Maintenant, ma microentreprise a un an. Je n’en vis pas encore, mais j’y consacre tout mon temps. L’éco-vannerie allie artisanat, recyclage et design. C’est l’avenir, tel que je le conçois."

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Pierre

“Je pense spontanément au mot sérendipité. Une idée en amène une autre, souvent inattendue” Pierre “Ado, j’étais fan d’ornithologie. Mais après un BTS spécialisé dans ce domaine, je ne me suis pas senti à ma place et mon amour des oiseaux à commencé à décliner. Il faut dire que ce...

Lire la suite

Ruby

“J’étais l’une des seules noires de mon village. J’avais un accent. J’allais devoir me battre plus que les autres” Ruby “Je n’avais rien prévu, rien imaginé, mais c’est arrivé. Bien sûr, j’avais des rêves. J’en ai toujours. Mais le propre du rêve, c’est souvent d’en rester un. Je suis née...

Lire la suite

Simon

“Ici, je ressors du placard des projets que j’avais enterrés il y a 20 ans” Simon “Avec ma femme, nous commencions à tourner en rond à Paris. Plus rien ne nous surprenait, ni les gens, ni les odeurs, ni les lumières… On se disait souvent que nous aimerions que notre...

Lire la suite

Valérie

“Nous avons l’impression de ne pas être parasités et les choses ne nous sont pas imposées par le flux de la ville” Valérie “J’aurais sûrement changé de vie mais je n’aurais pas pris cette voie si je n’avais pas rencontré François. Nous partagions le plaisir de lire, réfléchir, transmettre quand...

Lire la suite

Laura

“Je subissais le rythme des prestations à la chaîne et des collègues mesquins” Laura “Mon début de carrière n’a pas tout à fait été à la hauteur de mes attentes. J’avais déménagé à Paris après un CAP coiffure que j’avais suivi à Lyon. Il m’a fallu passer par sept salons...

Lire la suite

Audrey

“J’ai quelque part toujours su que je voulais m’engager pour une autre éducation” Audrey Petite, je criais déjà à cor et à cri à l’injustice. Très tôt, en observant mes amis, j’ai constaté que l’on faisait souvent passer des messages aux enfants par le biais de la violence, souvent verbale,...

Lire la suite

Hugues

“Quand tu peux surfer tous les jours, la difficulté n’est jamais un calvaire” G “Je n’étais pas malheureux dans mon quotidien. Nous vivions à Marseille, où mon travail de gestion de grands projets nucléaires était excitant et m’amenait à bouger un peu partout – jusqu’au jour où ma compagne s’est...

Lire la suite

Chloé

“C’est en discutant avec un collègue, dont les enfants avaient été diagnostiqués haut potentiel, que j’ai décidé de passer un test” Chloé “Petite, on avait dit à mes parents que j’étais un enfant précoce, le mot que l’on utilisait à l’époque. En grandissant, j’ai mis ça de côté, je ne...

Lire la suite

Timothée

“Comme prévu, j’étais bien installé dans une routine avec un bon salaire… et de l’ennui” Timothée “Ce qui est ironique, c’est que j’ai fait mon tout premier stage, à 14 ans, chez un boucher de Sarcelles. Mes parents m’y avaient envoyé pour que je comprenne la difficulté du monde ouvrier...

Lire la suite

Christophe

“La transition est une traversée du désert sans ravitaillement et en solitaire” Christophe “Dans ma vie précédente, j’animais un réseau de distribution de foulards en soie. Je rayonnais depuis Hong Kong sur la zone Asie Pacifique : Corée du Sud, Taïwan, Singapour… J’étais tout le temps en voyage, il m’est...

Lire la suite