50 - steven le hyaric

"Le problème, c’était mes émotions, que je devais apprendre à lâcher"

Steven

" Je dirais que le manque de confiance et l’échec scolaire ont façonné ma vie jusqu’à ces deux dernières années. J’ai grandi un peu tristement en banlieue parisienne, avec un père élu communiste puis député européen. Un père absent dont la réussite a certainement constitué un poids énorme pour moi.
J’étais hyperactif ; je me dépensais et dispersais dans toutes sortes d’activités physiques.
Alors, quand un pote m’a mis au vélo, j’ai décidé d’y aller à fond pour devenir coureur pro. J’ai eu des victoires, mais au fond, je savais bien que la compétition, en terme de bilan de vie, c’est l’échec assuré.
Après avoir eu mon bac de justesse, j’ai intégré l’école française des attachés de presse, en pleine révolution des réseaux sociaux. Je voulais, encore, être le meilleur.

Je me suis retrouvé à la tête de la communication de la Fédération Française de Triathlon en vue des JO de 2016 à Rio. J’y ai mis tout ce que j’avais mais les résultats ont été mauvais. J’étais effondré, partagé entre burn-out et sentiment d’imposture. On m’a expliqué que le problème, c’était mes émotions, que je devais apprendre à lâcher.

Je n’ai pas lâché, je me suis réorienté. Non plus pour être le héros d’une aventure personnelle, mais pour mettre mon goût de la performance au service d’une cause.
J’ai décidé de traverser l’Himalaya népalais à vélo. Je suis fier d’avoir été le premier à le faire, mais surtout d’avoir repensé les différentes facettes de mon travail : mes compétences sportives pour développer ce projet et le sponsoring pour le soutenir.

Mes objectifs ont changé. Si je cherche de l’argent, c’est pour tourner des films et me nourrir des autres. J’ai vécu des mois dans des régions du Népal où j’ai enseigné l’anglais tandis qu’on m’initiait aux techniques de méditation Vipassana.
C’est un cercle vertueux : je suis motivé par ce que j’apprends et cette motivation me permet de créer des projets économiquement viables. C’est souvent dur, car je dois sans cesse soutenir mon activité grâce au sponsoring et aux médias. Mais c’est une aventure qui dépasse ma petite personne.
Ce qui est drôle, c’est qu’au fond, je fais toujours la même chose, je pédale ! Mais je ne roule plus dans la même direction."

 

Propos recueillis par Antoine Couder / Photo DR

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Pierre

"Ado, j’étais fan d’ornithologie. Mais après un BTS spécialisé dans ce domaine, je ne me suis pas senti à ma place et mon amour des oiseaux à commencé à décliner. Il faut dire que ce n’était pas très sexy comme passion à 20 ans ! Du coup, je suis reparti...

Lire la suite

Ruby

"Je n’avais rien prévu, rien imaginé, mais c’est arrivé. Bien sûr, j’avais des rêves. J’en ai toujours. Mais le propre du rêve, c’est souvent d’en rester un. Je suis née au Cameroun. J’y suis restée jusqu’à mon adolescence. En arrivant en France, avec ma famille, j’ai découvert deux choses :...

Lire la suite

Simon

"Avec ma femme, nous commencions à tourner en rond à Paris. Plus rien ne nous surprenait, ni les gens, ni les odeurs, ni les lumières… On se disait souvent que nous aimerions que notre fille de dix ans puisse avoir une autre expérience du monde. Comme ma femme est détentrice...

Lire la suite

Valérie

"J’aurais sûrement changé de vie mais je n’aurais pas pris cette voie si je n’avais pas rencontré François. Nous partagions le plaisir de lire, réfléchir, transmettre quand nous avons eu l’idée de devenir bergers. Cela faisait 8 ans que l’on se connaissait en tant que profs de lettres et de...

Lire la suite

Laura

"Mon début de carrière n’a pas tout à fait été à la hauteur de mes attentes. J’avais déménagé à Paris après un CAP coiffure que j’avais suivi à Lyon. Il m’a fallu passer par sept salons de coiffure en sept ans pour me rendre à l’évidence : je n’avais retrouvé...

Lire la suite

Audrey

Petite, je criais déjà à cor et à cri à l’injustice. Très tôt, en observant mes amis, j'ai constaté que l’on faisait souvent passer des messages aux enfants par le biais de la violence, souvent verbale, parfois physique. J’ai quelque part toujours su que je voulais m’engager pour une autre...

Lire la suite

Hugues

"Je n’étais pas malheureux dans mon quotidien. Nous vivions à Marseille, où mon travail de gestion de grands projets nucléaires était excitant et m’amenait à bouger un peu partout - jusqu’au jour où ma compagne s’est vu proposer une bonne opportunité à Biarritz. J’ai décidé de la suivre. Finalement, il...

Lire la suite

Chloé

"Petite, on avait dit à mes parents que j’étais un enfant précoce, le mot que l’on utilisait à l’époque. En grandissant, j’ai mis ça de côté, je ne voulais pas en entendre parler. Après mes études en école de commerce, j’ai travaillé en business analyse chez Chanel, à Paris. C’était...

Lire la suite

Timothée

"Ce qui est ironique, c’est que j’ai fait mon tout premier stage, à 14 ans, chez un boucher de Sarcelles. Mes parents m’y avaient envoyé pour que je comprenne la difficulté du monde ouvrier et l’importance de faire des études supérieures. Le stage ne m’avait pas plu plus que ça...

Lire la suite

Christophe

"Dans ma vie précédente, j’animais un réseau de distribution de foulards en soie. Je rayonnais depuis Hong Kong sur la zone Asie Pacifique : Corée du Sud, Taïwan, Singapour... J’étais tout le temps en voyage, il m’est arrivé de remplir mon passeport en six mois. C’était une vie trépidante, au...

Lire la suite