50 - steven le hyaric

"Le problème, c’était mes émotions, que je devais apprendre à lâcher"

Steven

" Je dirais que le manque de confiance et l’échec scolaire ont façonné ma vie jusqu’à ces deux dernières années. J’ai grandi un peu tristement en banlieue parisienne, avec un père élu communiste puis député européen. Un père absent dont la réussite a certainement constitué un poids énorme pour moi.
J’étais hyperactif ; je me dépensais et dispersais dans toutes sortes d’activités physiques.
Alors, quand un pote m’a mis au vélo, j’ai décidé d’y aller à fond pour devenir coureur pro. J’ai eu des victoires, mais au fond, je savais bien que la compétition, en terme de bilan de vie, c’est l’échec assuré.
Après avoir eu mon bac de justesse, j’ai intégré l’école française des attachés de presse, en pleine révolution des réseaux sociaux. Je voulais, encore, être le meilleur.

Je me suis retrouvé à la tête de la communication de la Fédération Française de Triathlon en vue des JO de 2016 à Rio. J’y ai mis tout ce que j’avais mais les résultats ont été mauvais. J’étais effondré, partagé entre burn-out et sentiment d’imposture. On m’a expliqué que le problème, c’était mes émotions, que je devais apprendre à lâcher.

Je n’ai pas lâché, je me suis réorienté. Non plus pour être le héros d’une aventure personnelle, mais pour mettre mon goût de la performance au service d’une cause.
J’ai décidé de traverser l’Himalaya népalais à vélo. Je suis fier d’avoir été le premier à le faire, mais surtout d’avoir repensé les différentes facettes de mon travail : mes compétences sportives pour développer ce projet et le sponsoring pour le soutenir.

Mes objectifs ont changé. Si je cherche de l’argent, c’est pour tourner des films et me nourrir des autres. J’ai vécu des mois dans des régions du Népal où j’ai enseigné l’anglais tandis qu’on m’initiait aux techniques de méditation Vipassana.
C’est un cercle vertueux : je suis motivé par ce que j’apprends et cette motivation me permet de créer des projets économiquement viables. C’est souvent dur, car je dois sans cesse soutenir mon activité grâce au sponsoring et aux médias. Mais c’est une aventure qui dépasse ma petite personne.
Ce qui est drôle, c’est qu’au fond, je fais toujours la même chose, je pédale ! Mais je ne roule plus dans la même direction."

 

Propos recueillis par Antoine Couder / Photo DR

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Adrien

"Je n’ai pas eu l’impression de vivre une déviation, mais plutôt une sorte de retournement radical. Après une école de commerce et des débuts dans la production, j’étais à la tête d’une société qui réalisait des films publicitaires, des évènements... Une belle réussite qui ne m’empêchait pas de me poser...

Lire la suite

Marion et Virginie

"Cette histoire est celle de deux amies. Marion et moi nous sommes connues il y a vingt ans, à Hyères, au collège. Nous sommes restées en contact. J'étais fille de restaurateur. J'aimais l'ambiance en cuisine, le service, les plats qui passent. Pourtant, j’ai fait une école de commerce avant de...

Lire la suite

Samantha

"Dans les années 2000, quand la bulle Internet a éclaté, j'ai eu la chance après un premier job d'être recrutée par Google. C'était cool : on partait souvent à San Francisco, j'avais un bon salaire. Et puis les choses ont changé : une hiérarchie plus imposante, une équipe qui passe...

Lire la suite

Isabelle

"Ma mère était une coquette terrible. Elle reste mon idole en terme de style : un peu wild mais toujours chic. Ado dans les années 80, je fréquentais l’underground marseillais. On s’habillait de façon extravagante pour sortir : ska, garage, psycho…Moi, j’étais modette. Acheter du vintage m’a permis de forger...

Lire la suite

Olivier

"Je vais bientôt avoir 50 ans. Jusqu’à il y a peu, j’étais un architecte épanoui. Quand j’y pense, je me rends compte que j’étais même obsédé par mon métier… Mais petit à petit, les désagréments ont pris le dessus sur les satisfactions et j’ai commencé à me sentir pris au...

Lire la suite

Luisa

"Je suis Angolaise. Je viens de Luanda, la capitale, où j'avais monté mon propre salon de coiffure. Et puis, j'ai rencontré mon mari, un Français, et j'ai abandonné tout ce que j’avais créé par amour pour lui. Je l'ai suivi en Corse. Même si j’ai été accueillie à bras ouverts...

Lire la suite

Damien

"A l’âge de 10 ans, j’ai commencé à tapoter sur un ordinateur, qui est vite devenu mon jouet préféré. Très vite, je me suis mis à programmer, des choses simples et puis un peu moins simples. A l’époque, j’habitais avec ma grand-mère dans une caravane. Une vie de grand-air, d’autonomie,...

Lire la suite

Gwendoline

"Il y a trois ans, j’ai décidé de demander à subir une ablation partielle de l’estomac pour traiter mon obésité. J’avais pris conscience que sans ça, je ne pourrais pas avoir d’enfant. Pour les médecins, ce n’était pas un motif valable d’opération. Ils m’ont laissé neuf mois pour mûrir la...

Lire la suite

Denis

"Je n’ai pas eu le courage de dire non. Je n’ai pas eu le courage de leur expliquer : "Vous m’offrez de rejoindre votre cabinet, c’est un honneur mais ce n’est pas pour moi… " Je ne me suis pas écouté mais j’avais une excuse… j’étais programmé pour faire de...

Lire la suite

Patricia

"J’aime me qualifier de « femme sans âge », peut-être parce que j'ai plusieurs vies. Avec le recul, je me rends compte que la chanson en a toujours été le fil rouge… mais je n'y ai pas toujours prêté attention. A la sortie du lycée et contre le gré de...

Lire la suite