50 - steven le hyaric

"Le problème, c’était mes émotions, que je devais apprendre à lâcher"

Steven

" Je dirais que le manque de confiance et l’échec scolaire ont façonné ma vie jusqu’à ces deux dernières années. J’ai grandi un peu tristement en banlieue parisienne, avec un père élu communiste puis député européen. Un père absent dont la réussite a certainement constitué un poids énorme pour moi.
J’étais hyperactif ; je me dépensais et dispersais dans toutes sortes d’activités physiques.
Alors, quand un pote m’a mis au vélo, j’ai décidé d’y aller à fond pour devenir coureur pro. J’ai eu des victoires, mais au fond, je savais bien que la compétition, en terme de bilan de vie, c’est l’échec assuré.
Après avoir eu mon bac de justesse, j’ai intégré l’école française des attachés de presse, en pleine révolution des réseaux sociaux. Je voulais, encore, être le meilleur.

Je me suis retrouvé à la tête de la communication de la Fédération Française de Triathlon en vue des JO de 2016 à Rio. J’y ai mis tout ce que j’avais mais les résultats ont été mauvais. J’étais effondré, partagé entre burn-out et sentiment d’imposture. On m’a expliqué que le problème, c’était mes émotions, que je devais apprendre à lâcher.

Je n’ai pas lâché, je me suis réorienté. Non plus pour être le héros d’une aventure personnelle, mais pour mettre mon goût de la performance au service d’une cause.
J’ai décidé de traverser l’Himalaya népalais à vélo. Je suis fier d’avoir été le premier à le faire, mais surtout d’avoir repensé les différentes facettes de mon travail : mes compétences sportives pour développer ce projet et le sponsoring pour le soutenir.

Mes objectifs ont changé. Si je cherche de l’argent, c’est pour tourner des films et me nourrir des autres. J’ai vécu des mois dans des régions du Népal où j’ai enseigné l’anglais tandis qu’on m’initiait aux techniques de méditation Vipassana.
C’est un cercle vertueux : je suis motivé par ce que j’apprends et cette motivation me permet de créer des projets économiquement viables. C’est souvent dur, car je dois sans cesse soutenir mon activité grâce au sponsoring et aux médias. Mais c’est une aventure qui dépasse ma petite personne.
Ce qui est drôle, c’est qu’au fond, je fais toujours la même chose, je pédale ! Mais je ne roule plus dans la même direction."

 

Propos recueillis par Antoine Couder / Photo DR

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Anaïs

"Le monde de l'édition m'a offert mon premier poste à 23 ans, en rédaction pour les magazines Fluide Glamour et Fluide Glacial, chez Flammarion. Autant dire en total décalage avec mes amis qui partaient faire leurs études en Erasmus. Moi j'avais des responsabilités, je menais la grande vie... Au bout...

Lire la suite

David

« J’ai tout fait, tout. Bûcheron, ouvrier vigneron, cadre dans une entreprise de négoce dans la Marne, d’où je viens. Puis j’ai traversé une sombre période de galère. Alors je suis parti sur la Côte d’Azur, à Saint-Raphaël, où je me suis retrouvé à faire la plonge dans un restaurant....

Lire la suite

Cyril

« D’origine arménienne, j’ai grandi en banlieue parisienne avec mon grand frère, mon héros, alors batteur de rock. On jouissait d’une liberté incroyable. J’ai commencé à gagner de l’argent en revendant des enregistrements pirates de Prince. En cheville avec des fabricants de CD qui me payaient pour me permettre d’enregistrer...

Lire la suite

Malika

« J'ai toujours ressenti le besoin de nouveauté, de challenge dans tous les jobs où je suis passée. J'en ai changé plusieurs fois et le hasard m'a souvent aidé. Après six ans dans la fonction publique, je m'ennuyais. Je me suis alors mise en disponibilité et j'ai trouvé un remplacement...

Lire la suite

Denis

"Je n’aurais jamais imaginé être autre chose qu’acteur. Déjà petit, je ne pensais qu’à ça . Je créais des spectacles que je jouais devant toute ma famille - une grande fratrie de sept enfants dont trois sont décédés très jeunes et quasiment la même année … Ma sœur et deux de mes...

Lire la suite

Elisabeth

"La première partie de ma vie a été guidée par un besoin de sécurité. J’ai perdu mon père quand j’avais six ans et ma mère a mis le curseur sur mes études. J’ai tout fait dans les rangs, un bac S, un DUT de gestion, un DESS de management. J’avais...

Lire la suite

Didi Kaiser

« En mai 1991, alors que mon groupe était en tournée à Montpellier, je me suis carrément évanoui dans la rue… J’avais 40 ans, je menais une vie typique de batteur de #rock. Tout petit déjà, je montais sur un siège pour mettre des pièces dans le juke-box du café de...

Lire la suite

Nicolas

"Ma première carrière a commencé à Nice au milieu des années 2000, à la sortie de mon école de journalisme. J’ai enchaîné les stages dans la région, surtout à la radio : Nostalgie et RCF, Radio Chrétienne de France. Mais j’étais un peu trop punk pour eux… je me suis...

Lire la suite

Aurélia

« Mon surnom c’est Poupoule. Mes amis m’appelaient comme ça bien avant que je n’aie une #rôtisserie ambulante. Je n’avais pas de diplômes en poche, même pas le bac. Mon métier à moi, c’était la rue, le bruit, le brassage des gens, le remballage, le déballage, les cafés avec les...

Lire la suite

Carine

"À l'âge de trois ans, j'ai été brutalement séparée de ma mère, puis de mon petit frère placé chez mes grands-parents. Je me suis retrouvée seule avec mon père, un homme autoritaire pour qui ma sensibilité était une déficience. J'étais une adolescente empathique qui voulait sauver le monde. Je me...

Lire la suite