50 - steven le hyaric

"Le problème, c’était mes émotions, que je devais apprendre à lâcher"

Steven

" Je dirais que le manque de confiance et l’échec scolaire ont façonné ma vie jusqu’à ces deux dernières années. J’ai grandi un peu tristement en banlieue parisienne, avec un père élu communiste puis député européen. Un père absent dont la réussite a certainement constitué un poids énorme pour moi.
J’étais hyperactif ; je me dépensais et dispersais dans toutes sortes d’activités physiques.
Alors, quand un pote m’a mis au vélo, j’ai décidé d’y aller à fond pour devenir coureur pro. J’ai eu des victoires, mais au fond, je savais bien que la compétition, en terme de bilan de vie, c’est l’échec assuré.
Après avoir eu mon bac de justesse, j’ai intégré l’école française des attachés de presse, en pleine révolution des réseaux sociaux. Je voulais, encore, être le meilleur.

Je me suis retrouvé à la tête de la communication de la Fédération Française de Triathlon en vue des JO de 2016 à Rio. J’y ai mis tout ce que j’avais mais les résultats ont été mauvais. J’étais effondré, partagé entre burn-out et sentiment d’imposture. On m’a expliqué que le problème, c’était mes émotions, que je devais apprendre à lâcher.

Je n’ai pas lâché, je me suis réorienté. Non plus pour être le héros d’une aventure personnelle, mais pour mettre mon goût de la performance au service d’une cause.
J’ai décidé de traverser l’Himalaya népalais à vélo. Je suis fier d’avoir été le premier à le faire, mais surtout d’avoir repensé les différentes facettes de mon travail : mes compétences sportives pour développer ce projet et le sponsoring pour le soutenir.

Mes objectifs ont changé. Si je cherche de l’argent, c’est pour tourner des films et me nourrir des autres. J’ai vécu des mois dans des régions du Népal où j’ai enseigné l’anglais tandis qu’on m’initiait aux techniques de méditation Vipassana.
C’est un cercle vertueux : je suis motivé par ce que j’apprends et cette motivation me permet de créer des projets économiquement viables. C’est souvent dur, car je dois sans cesse soutenir mon activité grâce au sponsoring et aux médias. Mais c’est une aventure qui dépasse ma petite personne.
Ce qui est drôle, c’est qu’au fond, je fais toujours la même chose, je pédale ! Mais je ne roule plus dans la même direction."

 

Propos recueillis par Antoine Couder / Photo DR

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Arnaud

« Bercé par la culture hip-hop, je sors dans les années 90 d’un parcours scolaire assez chaotique pour me tourner vers la scène électro parisienne. J’enchaîne sur quelques boulots d’assistant ingénieur du son dans des studios. Dix ans plus tard, entre mon poste de vendeur de disques à la Fnac,...

Lire la suite

Stéphanie

"What the fuck am I doing here?" C'est la question qui me frappe, un matin, face à ma classe. J'ai 40 ans et je suis prof d'anglais depuis 14 ans, le jour où je réalise que je ne suis plus à ma place. Pourtant je fais le métier de mes...

Lire la suite

Stéphane

« Dans une autre vie, j’étais pianiste au sein d’un groupe qui tournait dans les bars et les campings. J’aimais cette communauté où j’ai été initié au free jazz, au psyché rock mais aussi à la critique du capitalisme. Elle a été ma seconde famille, la première n’en étant pas...

Lire la suite

Claire

«'Ok là non, je ne peux plus continuer comme ça, je vais négocier mon départ'. C'est lors d'une énième prise de tête avec mon boss que je me rends compte que, cette fois, j’ai exprimé mes pensées à haute voix. Entre la com' interne pour un célèbre fabricant de yaourt,...

Lire la suite

Tulipe

« Ai-je besoin de paillettes dans mon travail ? Après les Arts Déco à Paris, où j’apprends le design immobilier, je m’établis en tant qu’indépendante. Pendant 5 ans, je scénographie des vitrines pour le Printemps, Hermès, les Galeries Lafayette... J’ai l’impression d’apporter une certaine forme de poésie à la ville, mais...

Lire la suite

Lodewijk

« J’ai grandi dans une petite maison de pêcheur, entre Dunkerque et la frontière belge. Mon enfance, je l’ai passée sur les rivages de la mer du Nord. Après mon bac, je voulais voir du pays, alors j’ai suivi des études de Français Langue Étrangère. J’ai obtenu mon premier poste d’enseignant...

Lire la suite

Arnaud

« Jeune, après des études d’ingénieur et un stage en ingénierie aéronautique chez Dassault, je m’inscris au concours d’inspecteur de police. J’intègre la police judiciaire à Paris, d’abord dans le criminel, puis à la brigade des stups au 36 quai des Orfèvres. Je mène des enquêtes, des filatures… Au bout...

Lire la suite