52- adrien moisson wild immersion

"Je me suis penché sur mon Ikigaï, qui consiste à croiser nos champs de compétences, d’équilibre et ce pour quoi nous sommes payés"

Adrien 

"Je n’ai pas eu l’impression de vivre une déviation, mais plutôt une sorte de retournement radical.
Après une école de commerce et des débuts dans la production, j’étais à la tête d’une société qui réalisait des films publicitaires, des évènements... Une belle réussite qui ne m’empêchait pas de me poser des questions sur ces personnes aux compétences mal mises en valeur, sur la promotion de produits sans intérêt et voués à être rapidement obsolètes… Je voyais des artistes, des créatifs, des gens sensibles entraînés malgré eux dans une spirale de surconsommation morbide.

Je n’ai pas fait de burn-out mais ma remise en question a été violente. J’étais devenu obsédé par les scénarios de catastrophe écologique. Un soir, je me suis penché sur mon Ikigaï, cette méthode japonaise qui consiste à croiser nos champs de compétences, d’équilibre, et ce pour quoi nous sommes payés. Prenez un stylo, une feuille blanche et tentez l’expérience, c’est très instructif.
Pour moi, ce soir-là a été le déclic  ! J’ai tout de suite compris comment je pouvais concilier ce que je savais faire — la compta, le management, la production, le buzz — et ce qui me semblait important. J’ai vu comment les pièces du puzzle pouvaient s’assembler, avec notamment ma première formation de vétérinaire qui remontait d’un coup en top de liste et mes souvenirs de vacances d’été en Auvergne lorsque j’étais enfant.

Peu à peu, je suis devenu végétarien et minimaliste et j’ai réduit le nombre d’objets dont j’avais réellement besoin. Aujourd’hui, ma vie tient dans une valise.
J’ai créé le concept The Wild Immersion,une réserve animale virtuelle à laquelle on accède avec un casque.
Les images à 360° nous téléportent dans la nature en stimulant nos potentiels d’émerveillement. Je travaille avec mon équipe pour proposer cette expérience dans des salles de cinéma partout dans le monde, en commençant par Paris. L’idée est de communier avec les autres, mais aussi de se détendre, de sensibiliser à la nature et à la transition écologique.

Notre objectif ? Financer cinq réserves naturelles sur chaque continent dans les prochaines années. Je me suis engagé sur un long chemin… et demain commence dès aujourd’hui."

 

Propos recueillis par Antoine Couder / Photo DR

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Anaïs

"Le monde de l'édition m'a offert mon premier poste à 23 ans, en rédaction pour les magazines Fluide Glamour et Fluide Glacial, chez Flammarion. Autant dire en total décalage avec mes amis qui partaient faire leurs études en Erasmus. Moi j'avais des responsabilités, je menais la grande vie... Au bout...

Lire la suite

David

« J’ai tout fait, tout. Bûcheron, ouvrier vigneron, cadre dans une entreprise de négoce dans la Marne, d’où je viens. Puis j’ai traversé une sombre période de galère. Alors je suis parti sur la Côte d’Azur, à Saint-Raphaël, où je me suis retrouvé à faire la plonge dans un restaurant....

Lire la suite

Cyril

« D’origine arménienne, j’ai grandi en banlieue parisienne avec mon grand frère, mon héros, alors batteur de rock. On jouissait d’une liberté incroyable. J’ai commencé à gagner de l’argent en revendant des enregistrements pirates de Prince. En cheville avec des fabricants de CD qui me payaient pour me permettre d’enregistrer...

Lire la suite

Malika

« J'ai toujours ressenti le besoin de nouveauté, de challenge dans tous les jobs où je suis passée. J'en ai changé plusieurs fois et le hasard m'a souvent aidé. Après six ans dans la fonction publique, je m'ennuyais. Je me suis alors mise en disponibilité et j'ai trouvé un remplacement...

Lire la suite

Denis

"Je n’aurais jamais imaginé être autre chose qu’acteur. Déjà petit, je ne pensais qu’à ça . Je créais des spectacles que je jouais devant toute ma famille - une grande fratrie de sept enfants dont trois sont décédés très jeunes et quasiment la même année … Ma sœur et deux de mes...

Lire la suite

Elisabeth

"La première partie de ma vie a été guidée par un besoin de sécurité. J’ai perdu mon père quand j’avais six ans et ma mère a mis le curseur sur mes études. J’ai tout fait dans les rangs, un bac S, un DUT de gestion, un DESS de management. J’avais...

Lire la suite

Didi Kaiser

« En mai 1991, alors que mon groupe était en tournée à Montpellier, je me suis carrément évanoui dans la rue… J’avais 40 ans, je menais une vie typique de batteur de #rock. Tout petit déjà, je montais sur un siège pour mettre des pièces dans le juke-box du café de...

Lire la suite

Nicolas

"Ma première carrière a commencé à Nice au milieu des années 2000, à la sortie de mon école de journalisme. J’ai enchaîné les stages dans la région, surtout à la radio : Nostalgie et RCF, Radio Chrétienne de France. Mais j’étais un peu trop punk pour eux… je me suis...

Lire la suite

Aurélia

« Mon surnom c’est Poupoule. Mes amis m’appelaient comme ça bien avant que je n’aie une #rôtisserie ambulante. Je n’avais pas de diplômes en poche, même pas le bac. Mon métier à moi, c’était la rue, le bruit, le brassage des gens, le remballage, le déballage, les cafés avec les...

Lire la suite

Carine

"À l'âge de trois ans, j'ai été brutalement séparée de ma mère, puis de mon petit frère placé chez mes grands-parents. Je me suis retrouvée seule avec mon père, un homme autoritaire pour qui ma sensibilité était une déficience. J'étais une adolescente empathique qui voulait sauver le monde. Je me...

Lire la suite