35 - restaurant paca paris

"Un soir, un peu éméchées, on a commencé à projeter d'ouvrir un resto ensemble... Le lendemain, on était toujours partantes"

Marion et Virginie

"Cette histoire est celle de deux amies. Marion et moi nous sommes connues il y a vingt ans, à Hyères, au collège. Nous sommes restées en contact.
J'étais fille de restaurateur. J'aimais l'ambiance en cuisine, le service, les plats qui passent. Pourtant, j’ai fait une école de commerce avant de me tourner vers le monde du luxe.

En 2011, j’ai signé mon premier CDI en tant que commerciale chez Lancel. Au bout de trois ans, je sentais que plus rien ne me stimulait. J’ai commencé à enchaîner des boulots que je finissais toujours par quitter pour les mêmes raisons : manque de dynamisme, de prise de risque. Je crois qu'on appelle ça l'ennui.
Marion, elle, avait œuvré dix ans au service des marques. Entre 2015 à 2017, elle était responsable marketing chez Gap. Son truc, c’était la mode, mais elle souffrait comme moi de l’absence de prise d’initiative.
A l’approche de la trentaine, le sentiment d’être bloquée dans sa vie l’oppressait.

Un soir de mai 2016, un peu éméchées, alors qu’on se plaignait une énième fois de nos boulots respectifs, on a commencé à projeter d'ouvrir un resto ensemble… en nous enflammant un peu. Sauf que le lendemain, on était toujours partantes. Nous avions juste peur qu’étant amies, les rapports professionnels soient délicats - quand il y a de l’affect, il y a de l’ego.
Alors, nous avons eu cette conversation dans le blanc des yeux qui a tout accéléré. En janvier 2017, on a démissionné chacune de notre côté pour développer notre concept et élaborer un prévisionnel.

Un an plus tard, notre restaurant A l’ombre voyait le jour dans le 11ème arrondissement de Paris. Ce lieu, c’est là d’où nous venons, la région PACA - dont nous voulions modestement être les référentes. On a fait en sorte que ça sente la garrigue quand les clients entrent. On a sourcé nos produits en arpentant les routes provençales, pour découvrir auprès de fournisseurs ce qu’on pouvait rapporter de meilleur. Nous élaborons ensuite en cuisine des plats typiques, des anchoïades savoureuses, des terrines…
Quelques mois à peine après l'ouverture, nous avons déjà de beaux retours. Prochaine étape : décliner le concept et continuer sur notre lancée. C'est tout ce que l’on peut se souhaiter."


Propos recueillis par Rosanna Lerner / Photo de Rosanna Lerner

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Arnaud

« Bercé par la culture hip-hop, je sors dans les années 90 d’un parcours scolaire assez chaotique pour me tourner vers la scène électro parisienne. J’enchaîne sur quelques boulots d’assistant ingénieur du son dans des studios. Dix ans plus tard, entre mon poste de vendeur de disques à la Fnac,...

Lire la suite

Stéphanie

"What the fuck am I doing here?" C'est la question qui me frappe, un matin, face à ma classe. J'ai 40 ans et je suis prof d'anglais depuis 14 ans, le jour où je réalise que je ne suis plus à ma place. Pourtant je fais le métier de mes...

Lire la suite

Stéphane

« Dans une autre vie, j’étais pianiste au sein d’un groupe qui tournait dans les bars et les campings. J’aimais cette communauté où j’ai été initié au free jazz, au psyché rock mais aussi à la critique du capitalisme. Elle a été ma seconde famille, la première n’en étant pas...

Lire la suite

Claire

«'Ok là non, je ne peux plus continuer comme ça, je vais négocier mon départ'. C'est lors d'une énième prise de tête avec mon boss que je me rends compte que, cette fois, j’ai exprimé mes pensées à haute voix. Entre la com' interne pour un célèbre fabricant de yaourt,...

Lire la suite

Tulipe

« Ai-je besoin de paillettes dans mon travail ? Après les Arts Déco à Paris, où j’apprends le design immobilier, je m’établis en tant qu’indépendante. Pendant 5 ans, je scénographie des vitrines pour le Printemps, Hermès, les Galeries Lafayette... J’ai l’impression d’apporter une certaine forme de poésie à la ville, mais...

Lire la suite

Lodewijk

« J’ai grandi dans une petite maison de pêcheur, entre Dunkerque et la frontière belge. Mon enfance, je l’ai passée sur les rivages de la mer du Nord. Après mon bac, je voulais voir du pays, alors j’ai suivi des études de Français Langue Étrangère. J’ai obtenu mon premier poste d’enseignant...

Lire la suite

Arnaud

« Jeune, après des études d’ingénieur et un stage en ingénierie aéronautique chez Dassault, je m’inscris au concours d’inspecteur de police. J’intègre la police judiciaire à Paris, d’abord dans le criminel, puis à la brigade des stups au 36 quai des Orfèvres. Je mène des enquêtes, des filatures… Au bout...

Lire la suite