35 - restaurant paca paris

"Un soir, un peu éméchées, on a commencé à projeter d'ouvrir un resto ensemble... Le lendemain, on était toujours partantes"

Marion et Virginie

"Cette histoire est celle de deux amies. Marion et moi nous sommes connues il y a vingt ans, à Hyères, au collège. Nous sommes restées en contact.
J'étais fille de restaurateur. J'aimais l'ambiance en cuisine, le service, les plats qui passent. Pourtant, j’ai fait une école de commerce avant de me tourner vers le monde du luxe.

En 2011, j’ai signé mon premier CDI en tant que commerciale chez Lancel. Au bout de trois ans, je sentais que plus rien ne me stimulait. J’ai commencé à enchaîner des boulots que je finissais toujours par quitter pour les mêmes raisons : manque de dynamisme, de prise de risque. Je crois qu'on appelle ça l'ennui.
Marion, elle, avait œuvré dix ans au service des marques. Entre 2015 à 2017, elle était responsable marketing chez Gap. Son truc, c’était la mode, mais elle souffrait comme moi de l’absence de prise d’initiative.
A l’approche de la trentaine, le sentiment d’être bloquée dans sa vie l’oppressait.

Un soir de mai 2016, un peu éméchées, alors qu’on se plaignait une énième fois de nos boulots respectifs, on a commencé à projeter d'ouvrir un resto ensemble… en nous enflammant un peu. Sauf que le lendemain, on était toujours partantes. Nous avions juste peur qu’étant amies, les rapports professionnels soient délicats - quand il y a de l’affect, il y a de l’ego.
Alors, nous avons eu cette conversation dans le blanc des yeux qui a tout accéléré. En janvier 2017, on a démissionné chacune de notre côté pour développer notre concept et élaborer un prévisionnel.

Un an plus tard, notre restaurant A l’ombre voyait le jour dans le 11ème arrondissement de Paris. Ce lieu, c’est là d’où nous venons, la région PACA - dont nous voulions modestement être les référentes. On a fait en sorte que ça sente la garrigue quand les clients entrent. On a sourcé nos produits en arpentant les routes provençales, pour découvrir auprès de fournisseurs ce qu’on pouvait rapporter de meilleur. Nous élaborons ensuite en cuisine des plats typiques, des anchoïades savoureuses, des terrines…
Quelques mois à peine après l'ouverture, nous avons déjà de beaux retours. Prochaine étape : décliner le concept et continuer sur notre lancée. C'est tout ce que l’on peut se souhaiter."


Propos recueillis par Rosanna Lerner / Photo de Rosanna Lerner

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Thierry

« Je suis né au Maroc, que j’ai dû quitter à l’âge de dix ans. Arrivé en France, j’ai été traité de bougnoule par les uns, de fils de colons par les autres. J’en ai conçu une grande souffrance et je n’y suis jamais senti chez moi. Après des études de...

Lire la suite

Ariel

« Je galérais. À l’époque, j’essayais de faire tourner une petite boîte qui faisait un peu de graphisme et de textile. Une aventure qui vivotait difficilement et qui restait pour moi trop limitée en termes de liberté et d’ambition artistiques. Je me sentais à l’étroit, la tête dans le guidon,...

Lire la suite

Natacha

« A 52 ans, je passe d'un CDI bien payé de directrice d’agence de publicité à… Pôle Emploi. C'est mon choix mais c'est brutal. À cette époque je suis publicitaire depuis près de 30 ans. J'ai toujours aimé étudier les comportements des gens et pour moi, la publicité c’était de la sociologie...

Lire la suite

Marc

« Le buzz est arrivé très vite ! Le Calinou a commencé à livrer des petits déjeuners il y a seulement six mois dans la région d’Arsy, près de Compiègne, mais ça faisait dix ans que j’y pensais. Mon parcours professionnel commence par un simple CAP force de vente. Je...

Lire la suite

Anthony

« Je suis un idéaliste. Jeune, je voulais oeuvrer contre les discriminations des minorités et pour une meilleure répartition de l’eau. Alors j’ai fait des études de sciences politiques, qui ont débouché sur un poste de « jeune diplomate ». J’ai très vite été envoyé en Namibie, où je suis...

Lire la suite

Aude

« Toi, tu passes à côté du plaisir de la musique à cause de tes exigences démesurées ! » Le jour où cet ami m’a envoyé ça dans les dents, cela faisait dix ans que j’avais lâché le piano. J’avais été une élève de conservatoire sans histoire jusqu’à mes vingt...

Lire la suite