46- routier geek codeur

"Il fallait que je cesse d’être par monts et par vaux, que je me stabilise"

Damien

"A l’âge de 10 ans, j’ai commencé à tapoter sur un ordinateur, qui est vite devenu mon jouet préféré. Très vite, je me suis mis à programmer, des choses simples et puis un peu moins simples.
A l’époque, j’habitais avec ma grand-mère dans une caravane. Une vie de grand-air, d’autonomie, de liberté. Elle était astrologue et utilisait l’ordinateur pour être plus rapide, mais elle avait tout de même besoin d’écrire sur papier toute la procédure. Je me rendais bien compte que pour moi, c’était instinctif.
A l’école, j’étais un très bon élève, dans les matières scientifiques notamment. Mais on séchait souvent les cours avec mon frère et ma sœur. On marchait en forêt, on glandait au bord de l’eau… Du coup, j’ai quitté le lycée peu de temps avant le bac.
J’ai été orienté vers l’électrotechnique, pas vraiment mon truc. Une seule matière m’intéressait, l’heure d’ informatique hebdomadaire.
Jeune adulte, je me suis retrouvé sans ressources. J’ai pu entrer dans les métiers du transport. Je faisais des centaines de kilomètres chaque jour, pour livrer des colis la nuit. Et je dormais dans ma voiture.
Petit à petit, en m’appuyant sur des entreprises d’insertion et des organismes de formation, je suis devenu chauffeur poids lourd. J’ai expérimenté les longues ballades à travers l’Europe, la découverte de l’étranger, la liberté sans personne pour vous surveiller... Une certaine idée du bonheur.

Puis, à trente ans passés, j'ai rencontré ma future femme et l’envie de travailler dans informatique est revenue peu à peu. La naissance de mes deux enfants a rendu ce désir concret : il fallait que je cesse d’être par monts et par vaux, que je me stabilise.
J’ai profité des allocations chômage pour la première fois de ma vie et j’ai pu bénéficier d’une formation dans les métiers du développement web.
Aujourd’hui, c’est officiel : je suis un professionnel de l’informatique et j’ai la possibilité de devenir CTO, c'est-à-dire Chief Technical Officer.
Je ne suis pas surpris par mon parcours. J’ai toujours pris soin d’avancer au mieux, avec les moyens du bord. Mon prochain rêve est de nous installer, avec mes enfants, en camping-car tout en développant mes activités en informatique. En somme, concilier la liberté et la sécurité, puisque c’est visiblement ce que j’aime."

 

Propos recueillis par Antoine Couder / Photo DR 

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Pierre

"Ado, j’étais fan d’ornithologie. Mais après un BTS spécialisé dans ce domaine, je ne me suis pas senti à ma place et mon amour des oiseaux à commencé à décliner. Il faut dire que ce n’était pas très sexy comme passion à 20 ans ! Du coup, je suis reparti...

Lire la suite

Ruby

"Je n’avais rien prévu, rien imaginé, mais c’est arrivé. Bien sûr, j’avais des rêves. J’en ai toujours. Mais le propre du rêve, c’est souvent d’en rester un. Je suis née au Cameroun. J’y suis restée jusqu’à mon adolescence. En arrivant en France, avec ma famille, j’ai découvert deux choses :...

Lire la suite

Simon

"Avec ma femme, nous commencions à tourner en rond à Paris. Plus rien ne nous surprenait, ni les gens, ni les odeurs, ni les lumières… On se disait souvent que nous aimerions que notre fille de dix ans puisse avoir une autre expérience du monde. Comme ma femme est détentrice...

Lire la suite

Valérie

"J’aurais sûrement changé de vie mais je n’aurais pas pris cette voie si je n’avais pas rencontré François. Nous partagions le plaisir de lire, réfléchir, transmettre quand nous avons eu l’idée de devenir bergers. Cela faisait 8 ans que l’on se connaissait en tant que profs de lettres et de...

Lire la suite

Laura

"Mon début de carrière n’a pas tout à fait été à la hauteur de mes attentes. J’avais déménagé à Paris après un CAP coiffure que j’avais suivi à Lyon. Il m’a fallu passer par sept salons de coiffure en sept ans pour me rendre à l’évidence : je n’avais retrouvé...

Lire la suite

Audrey

Petite, je criais déjà à cor et à cri à l’injustice. Très tôt, en observant mes amis, j'ai constaté que l’on faisait souvent passer des messages aux enfants par le biais de la violence, souvent verbale, parfois physique. J’ai quelque part toujours su que je voulais m’engager pour une autre...

Lire la suite

Hugues

"Je n’étais pas malheureux dans mon quotidien. Nous vivions à Marseille, où mon travail de gestion de grands projets nucléaires était excitant et m’amenait à bouger un peu partout - jusqu’au jour où ma compagne s’est vu proposer une bonne opportunité à Biarritz. J’ai décidé de la suivre. Finalement, il...

Lire la suite

Chloé

"Petite, on avait dit à mes parents que j’étais un enfant précoce, le mot que l’on utilisait à l’époque. En grandissant, j’ai mis ça de côté, je ne voulais pas en entendre parler. Après mes études en école de commerce, j’ai travaillé en business analyse chez Chanel, à Paris. C’était...

Lire la suite

Timothée

"Ce qui est ironique, c’est que j’ai fait mon tout premier stage, à 14 ans, chez un boucher de Sarcelles. Mes parents m’y avaient envoyé pour que je comprenne la difficulté du monde ouvrier et l’importance de faire des études supérieures. Le stage ne m’avait pas plu plus que ça...

Lire la suite

Christophe

"Dans ma vie précédente, j’animais un réseau de distribution de foulards en soie. Je rayonnais depuis Hong Kong sur la zone Asie Pacifique : Corée du Sud, Taïwan, Singapour... J’étais tout le temps en voyage, il m’est arrivé de remplir mon passeport en six mois. C’était une vie trépidante, au...

Lire la suite