51- isabelle crampes de toujours

"Ça me me conforte dans ma conviction que l'élégance est tout sauf, une question de milieu social"

Isabelle

"Ma mère était une coquette terrible. Elle reste mon idole en terme de style : un peu wild mais toujours chic. Ado dans les années 80, je fréquentais l’underground marseillais. On s’habillait de façon extravagante pour sortir : ska, garage, psycho…Moi, j’étais modette. Acheter du  vintage m’a permis de forger ma culture mode.

Dans ma lignée, j’ai été la première femme à travailler. Du coup j’ai eu tendance à me mesurer aux hommes brillants de ma famille. Littéraire et philo à mort, je me suis fait violence sur les maths pour être dans les bonnes sections. J’ai enchaîné sur une grande école de commerce et étudié la finance de marché, qui m’a éclairée sur la liberté d’entreprendre et l’importance de la méthodologie.
Après j’ai travaillé en salle de marché à Paris. Ça correspondait à un fantasme des années 80. Au bout de quelques mois je me suis demandé « Mais qu’est ce que je fous là ? » et j’ai décroché.
Puis j’ai bossé en tant qu’extra pour la maison Hermès et ça, j’ai vraiment adoré : l’excellence des produits, la déférence envers les clients, surtout ceux qui arrivent avec un sac Kelly tout flingué.

En parallèle de la mode, j’avais toujours été à fond dans la musique et la danse. De retour à Marseille, tout en travaillant pour le groupe hôtelier Accor, j’ai cofondé le festival Marsatac à la fin des années 90, avec l’idée d’anoblir la culture hip-hop.
Puis j’ai fait de l’événementiel, des relations publiques, de la programmation, participé à des émissions de télé et de radio.

Il y a six ans, j’ai créé De Toujours, un e-shop qui propose des vêtements de qualité au style intemporel. Des pièces cultes venues du sport, de métiers ou de traditions. C’est le design d’origine et son usage qui m’intéressent. Notre bleu de travail de chez Lafont, c’est le même que celui du paysan photographié par Depardon il y a vingt ans. Ça me conforte dans la conviction que l'élégance, c’est tout sauf une question de milieu social.
Et puis, je m’investis aussi dans l’organisation d’un festival d’humour et la préparation d’une expo sur le vêtement et les traditions populaires. J’ai toujours fait plusieurs trucs en même temps.
Au fond, ce que j’aime, c’est ouvrir des voies. Ce qu’a théorisé Nassim Nicholas Taleb, ex-trader, avec la notion d’"antifragile" qui me parle tant : ma vraie compétence c’est de me réinventer en permanence.


Propos recueillis par Céline Bousquet / Photo Céline Bousquet

 

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Steven

" Je dirais que le manque de confiance et l’échec scolaire ont façonné ma vie jusqu’à ces deux dernières années. J’ai grandi un peu tristement en banlieue parisienne, avec un père élu communiste puis député européen. Un père absent dont la réussite a certainement constitué un poids énorme pour moi. J’étais...

Lire la suite

Adrien

"Je n’ai pas eu l’impression de vivre une déviation, mais plutôt une sorte de retournement radical. Après une école de commerce et des débuts dans la production, j’étais à la tête d’une société qui réalisait des films publicitaires, des évènements... Une belle réussite qui ne m’empêchait pas de me poser...

Lire la suite

Marion et Virginie

"Cette histoire est celle de deux amies. Marion et moi nous sommes connues il y a vingt ans, à Hyères, au collège. Nous sommes restées en contact. J'étais fille de restaurateur. J'aimais l'ambiance en cuisine, le service, les plats qui passent. Pourtant, j’ai fait une école de commerce avant de...

Lire la suite

Samantha

"Dans les années 2000, quand la bulle Internet a éclaté, j'ai eu la chance après un premier job d'être recrutée par Google. C'était cool : on partait souvent à San Francisco, j'avais un bon salaire. Et puis les choses ont changé : une hiérarchie plus imposante, une équipe qui passe...

Lire la suite

Olivier

"Je vais bientôt avoir 50 ans. Jusqu’à il y a peu, j’étais un architecte épanoui. Quand j’y pense, je me rends compte que j’étais même obsédé par mon métier… Mais petit à petit, les désagréments ont pris le dessus sur les satisfactions et j’ai commencé à me sentir pris au...

Lire la suite

Luisa

"Je suis Angolaise. Je viens de Luanda, la capitale, où j'avais monté mon propre salon de coiffure. Et puis, j'ai rencontré mon mari, un Français, et j'ai abandonné tout ce que j’avais créé par amour pour lui. Je l'ai suivi en Corse. Même si j’ai été accueillie à bras ouverts...

Lire la suite

Damien

"A l’âge de 10 ans, j’ai commencé à tapoter sur un ordinateur, qui est vite devenu mon jouet préféré. Très vite, je me suis mis à programmer, des choses simples et puis un peu moins simples. A l’époque, j’habitais avec ma grand-mère dans une caravane. Une vie de grand-air, d’autonomie,...

Lire la suite

Gwendoline

"Il y a trois ans, j’ai décidé de demander à subir une ablation partielle de l’estomac pour traiter mon obésité. J’avais pris conscience que sans ça, je ne pourrais pas avoir d’enfant. Pour les médecins, ce n’était pas un motif valable d’opération. Ils m’ont laissé neuf mois pour mûrir la...

Lire la suite

Denis

"Je n’ai pas eu le courage de dire non. Je n’ai pas eu le courage de leur expliquer : "Vous m’offrez de rejoindre votre cabinet, c’est un honneur mais ce n’est pas pour moi… " Je ne me suis pas écouté mais j’avais une excuse… j’étais programmé pour faire de...

Lire la suite

Patricia

"J’aime me qualifier de « femme sans âge », peut-être parce que j'ai plusieurs vies. Avec le recul, je me rends compte que la chanson en a toujours été le fil rouge… mais je n'y ai pas toujours prêté attention. A la sortie du lycée et contre le gré de...

Lire la suite