51- isabelle crampes de toujours

"Ça me me conforte dans ma conviction que l'élégance est tout sauf, une question de milieu social"

Isabelle

"Ma mère était une coquette terrible. Elle reste mon idole en terme de style : un peu wild mais toujours chic. Ado dans les années 80, je fréquentais l’underground marseillais. On s’habillait de façon extravagante pour sortir : ska, garage, psycho…Moi, j’étais modette. Acheter du  vintage m’a permis de forger ma culture mode.

Dans ma lignée, j’ai été la première femme à travailler. Du coup j’ai eu tendance à me mesurer aux hommes brillants de ma famille. Littéraire et philo à mort, je me suis fait violence sur les maths pour être dans les bonnes sections. J’ai enchaîné sur une grande école de commerce et étudié la finance de marché, qui m’a éclairée sur la liberté d’entreprendre et l’importance de la méthodologie.
Après j’ai travaillé en salle de marché à Paris. Ça correspondait à un fantasme des années 80. Au bout de quelques mois je me suis demandé « Mais qu’est ce que je fous là ? » et j’ai décroché.
Puis j’ai bossé en tant qu’extra pour la maison Hermès et ça, j’ai vraiment adoré : l’excellence des produits, la déférence envers les clients, surtout ceux qui arrivent avec un sac Kelly tout flingué.

En parallèle de la mode, j’avais toujours été à fond dans la musique et la danse. De retour à Marseille, tout en travaillant pour le groupe hôtelier Accor, j’ai cofondé le festival Marsatac à la fin des années 90, avec l’idée d’anoblir la culture hip-hop.
Puis j’ai fait de l’événementiel, des relations publiques, de la programmation, participé à des émissions de télé et de radio.

Il y a six ans, j’ai créé De Toujours, un e-shop qui propose des vêtements de qualité au style intemporel. Des pièces cultes venues du sport, de métiers ou de traditions. C’est le design d’origine et son usage qui m’intéressent. Notre bleu de travail de chez Lafont, c’est le même que celui du paysan photographié par Depardon il y a vingt ans. Ça me conforte dans la conviction que l'élégance, c’est tout sauf une question de milieu social.
Et puis, je m’investis aussi dans l’organisation d’un festival d’humour et la préparation d’une expo sur le vêtement et les traditions populaires. J’ai toujours fait plusieurs trucs en même temps.
Au fond, ce que j’aime, c’est ouvrir des voies. Ce qu’a théorisé Nassim Nicholas Taleb, ex-trader, avec la notion d’"antifragile" qui me parle tant : ma vraie compétence c’est de me réinventer en permanence.


Propos recueillis par Céline Bousquet / Photo Céline Bousquet

 

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Anaïs

"Le monde de l'édition m'a offert mon premier poste à 23 ans, en rédaction pour les magazines Fluide Glamour et Fluide Glacial, chez Flammarion. Autant dire en total décalage avec mes amis qui partaient faire leurs études en Erasmus. Moi j'avais des responsabilités, je menais la grande vie... Au bout...

Lire la suite

David

« J’ai tout fait, tout. Bûcheron, ouvrier vigneron, cadre dans une entreprise de négoce dans la Marne, d’où je viens. Puis j’ai traversé une sombre période de galère. Alors je suis parti sur la Côte d’Azur, à Saint-Raphaël, où je me suis retrouvé à faire la plonge dans un restaurant....

Lire la suite

Cyril

« D’origine arménienne, j’ai grandi en banlieue parisienne avec mon grand frère, mon héros, alors batteur de rock. On jouissait d’une liberté incroyable. J’ai commencé à gagner de l’argent en revendant des enregistrements pirates de Prince. En cheville avec des fabricants de CD qui me payaient pour me permettre d’enregistrer...

Lire la suite

Malika

« J'ai toujours ressenti le besoin de nouveauté, de challenge dans tous les jobs où je suis passée. J'en ai changé plusieurs fois et le hasard m'a souvent aidé. Après six ans dans la fonction publique, je m'ennuyais. Je me suis alors mise en disponibilité et j'ai trouvé un remplacement...

Lire la suite

Denis

"Je n’aurais jamais imaginé être autre chose qu’acteur. Déjà petit, je ne pensais qu’à ça . Je créais des spectacles que je jouais devant toute ma famille - une grande fratrie de sept enfants dont trois sont décédés très jeunes et quasiment la même année … Ma sœur et deux de mes...

Lire la suite

Elisabeth

"La première partie de ma vie a été guidée par un besoin de sécurité. J’ai perdu mon père quand j’avais six ans et ma mère a mis le curseur sur mes études. J’ai tout fait dans les rangs, un bac S, un DUT de gestion, un DESS de management. J’avais...

Lire la suite

Didi Kaiser

« En mai 1991, alors que mon groupe était en tournée à Montpellier, je me suis carrément évanoui dans la rue… J’avais 40 ans, je menais une vie typique de batteur de #rock. Tout petit déjà, je montais sur un siège pour mettre des pièces dans le juke-box du café de...

Lire la suite

Nicolas

"Ma première carrière a commencé à Nice au milieu des années 2000, à la sortie de mon école de journalisme. J’ai enchaîné les stages dans la région, surtout à la radio : Nostalgie et RCF, Radio Chrétienne de France. Mais j’étais un peu trop punk pour eux… je me suis...

Lire la suite

Aurélia

« Mon surnom c’est Poupoule. Mes amis m’appelaient comme ça bien avant que je n’aie une #rôtisserie ambulante. Je n’avais pas de diplômes en poche, même pas le bac. Mon métier à moi, c’était la rue, le bruit, le brassage des gens, le remballage, le déballage, les cafés avec les...

Lire la suite

Carine

"À l'âge de trois ans, j'ai été brutalement séparée de ma mère, puis de mon petit frère placé chez mes grands-parents. Je me suis retrouvée seule avec mon père, un homme autoritaire pour qui ma sensibilité était une déficience. J'étais une adolescente empathique qui voulait sauver le monde. Je me...

Lire la suite