51- isabelle crampes de toujours

"Ça me me conforte dans ma conviction que l'élégance est tout sauf, une question de milieu social"

Isabelle

"Ma mère était une coquette terrible. Elle reste mon idole en terme de style : un peu wild mais toujours chic. Ado dans les années 80, je fréquentais l’underground marseillais. On s’habillait de façon extravagante pour sortir : ska, garage, psycho…Moi, j’étais modette. Acheter du  vintage m’a permis de forger ma culture mode.

Dans ma lignée, j’ai été la première femme à travailler. Du coup j’ai eu tendance à me mesurer aux hommes brillants de ma famille. Littéraire et philo à mort, je me suis fait violence sur les maths pour être dans les bonnes sections. J’ai enchaîné sur une grande école de commerce et étudié la finance de marché, qui m’a éclairée sur la liberté d’entreprendre et l’importance de la méthodologie.
Après j’ai travaillé en salle de marché à Paris. Ça correspondait à un fantasme des années 80. Au bout de quelques mois je me suis demandé « Mais qu’est ce que je fous là ? » et j’ai décroché.
Puis j’ai bossé en tant qu’extra pour la maison Hermès et ça, j’ai vraiment adoré : l’excellence des produits, la déférence envers les clients, surtout ceux qui arrivent avec un sac Kelly tout flingué.

En parallèle de la mode, j’avais toujours été à fond dans la musique et la danse. De retour à Marseille, tout en travaillant pour le groupe hôtelier Accor, j’ai cofondé le festival Marsatac à la fin des années 90, avec l’idée d’anoblir la culture hip-hop.
Puis j’ai fait de l’événementiel, des relations publiques, de la programmation, participé à des émissions de télé et de radio.

Il y a six ans, j’ai créé De Toujours, un e-shop qui propose des vêtements de qualité au style intemporel. Des pièces cultes venues du sport, de métiers ou de traditions. C’est le design d’origine et son usage qui m’intéressent. Notre bleu de travail de chez Lafont, c’est le même que celui du paysan photographié par Depardon il y a vingt ans. Ça me conforte dans la conviction que l'élégance, c’est tout sauf une question de milieu social.
Et puis, je m’investis aussi dans l’organisation d’un festival d’humour et la préparation d’une expo sur le vêtement et les traditions populaires. J’ai toujours fait plusieurs trucs en même temps.
Au fond, ce que j’aime, c’est ouvrir des voies. Ce qu’a théorisé Nassim Nicholas Taleb, ex-trader, avec la notion d’"antifragile" qui me parle tant : ma vraie compétence c’est de me réinventer en permanence.


Propos recueillis par Céline Bousquet / Photo Céline Bousquet

 

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Frédéric

"J’ai un parcours qui a comme dérapé. J’étais militaire, engagé dans l’armée, j’ai fait Saint-Cyr, j’étais major de ma promo. J’avais choisi l’armée car j’ai un rapport très fort à l’engagement et au fait de me sentir utile. Ce sont d’ailleurs les deux mots qui ont guidé ma vie jusqu’ici....

Lire la suite

Benoît

"Après un Bac dans Les landes, mon rêve était d'entrer aux Beaux-Arts. Mes parents m'imaginaient plutôt médecin. On a trouvé un compromis : l'école d'architecture de Bordeaux. Mais je ne lâchais pas… L'été, je vendais mes aquarelles sur le marché de Biscarrosse. En même temps je surfais, j'étais batteur dans...

Lire la suite

Pablo

"Je suis Argentin. Lors de vacances en Europe l’année de mes 26 ans, je suis devenu ami avec un photographe. On parlait photo toute la journée. Pendant ce séjour, j’avais emmené avec moi mon petit appareil. Il m’avait trop fait défaut lors de mon premier grand voyage d’après-bac ; à...

Lire la suite
Jessica lederman

Jessica

"J’ai toujours voulu être journaliste. Je me souviens de moi à 5 ans, assise en tailleur devant le JT de TF1, admirant ces femmes reporters parcourir les terrains de guerre. Je disais à ma mère que je voulais faire ça. J’ai eu mon bac à 16 ans et comme tous...

Lire la suite
DR

Emmanuel

« Je fais d’abord un burn-out. Chroniqueur sur une chaîne d'info en continu, le rythme de mes journées à horaires décalés m’épuise et je ne trouve plus de sens à mon quotidien, ni à mes engagements. Le 30 juin 2016, je décide que je ne retournerai pas au travail au...

Lire la suite
Deborah

Déborah

« Avoir un enfant n’a pas été simple. Quand on m’a annoncé que j’avais une chance infinitésimale d’en avoir un, j’ai abordé l’idée d’un traitement en “bonne pro”. Stimulations et FIV ? Pas de problème. Je ne voulais pas renoncer à cette Déborah que je voyais mère de famille à tout...

Lire la suite
Maryll-1

Maryll

« J’aime prendre soin des autres. Enfant, je propose à mes parents d'ouvrir un lieu pour accueillir les sans-abris… Autant dire qu’ils n'ont pas donné suite ! Plus tard, mon parcours scolaire est classique : bac, prépa, école de commerce... Je me spécialise en finance d'entreprise, sans être passionnée. Je...

Lire la suite
Stephan

Stéphan

« Je travaillais pour la communication internationale de groupes énergétiques gaziers. J’ai par exemple représenté Gaz de France dans des salons internationaux en Sibérie, au Kazakhstan, en Pologne, Bulgarie... Je devais faire en sorte que le tapis rouge soit bien déroulé et que les fauteuils dans lesquels s’asseyaient les négociateurs...

Lire la suite
Stéphanie

Stéphanie

« La vie à la ferme n’a jamais été un fantasme. Après des études de cinéma, je travaille d'abord dans l'audiovisuel comme graphiste, productrice, réalisatrice. Je réussis plutôt bien. Cet univers me plaît. Tout ça pourrait être très épanouissant mais je me sens vide et creuse. Je remplis mon panier...

Lire la suite
Nicolas

Nicolas

« C’est une obsession : je veux travailler avec les dauphins. Petit, tout le monde me décourage à part ma mère. Je ne renonce pas. Alors que je suis des études pour devenir professeur de sport, je découvre une formation adaptée. La classe affiche complet mais j’insiste tellement qu’une place...

Lire la suite