47- luis art deco landes paniers

"J’ai mis six ans à comprendre que je me posais la mauvaise question. L’important était de savoir ce que j’aimais faire"

Luisa

"Je suis Angolaise. Je viens de Luanda, la capitale, où j'avais monté mon propre salon de coiffure.
Et puis, j'ai rencontré mon mari, un Français, et j'ai abandonné tout ce que j’avais créé par amour pour lui. Je l'ai suivi en Corse.
Même si j’ai été accueillie à bras ouverts par sa famille, mon intégration dans la société n’a pas été évidente. Comment se faire des amis quand on ne parle pas la langue de son pays d’accueil ?
J'ai fini par trouver un emploi de femme de ménage, tout en me demandant ce que je pourrais faire de plus épanouissant. J’ai mis six ans à comprendre que je me posais la mauvaise question. L’important était de savoir ce que j’aimais faire ! S’il n’y avait pas de travail pour moi ici, je devais en créer un sur-mesure.
Je me suis soudain souvenue de cette formation d’éco-vannerie que j’avais suivie, adolescente, dans une école d’art à Luanda. Cette discipline consiste à fabriquer des objets à partir de papier recyclé. En Angola, nous ne sommes pas seulement d’excellents danseurs, nous sommes des créatifs, sensibilisés dès notre plus jeune âge au respect de l’environnement.
J’ai offert mon premier panier à mon mari. Il a été impressionné et m’a encouragée à continuer. Puis j’ai commencé à créer des lustres et des corbeilles pour mes amis. Je récupérerais les prospectus de réclame des supermarchés pour en faire ma matière première.
Dans la foulée, un article a paru sur moi dans un magazine féminin et le bouche-à-oreille a fait le reste. Maintenant, le papier vient à moi ! Parfois des inconnus déposent devant ma porte des sacs de journaux qui ont échappé au cycle du tri.
Je vends mon travail sur les foires. Chacune de mes créations raconte une histoire : j’y mets mes valeurs, la nostalgie de mon pays, la beauté inspirante de la Corse. Je donne aussi des ateliers, pour sensibiliser les jeunes à l’écologie. Ce qui me rend le plus fière n’est pas seulement le fait de réaliser de belles choses, c’est surtout de fédérer et de changer les mentalités.
Maintenant, ma microentreprise a un an. Je n’en vis pas encore, mais j’y consacre tout mon temps. L’éco-vannerie allie artisanat, recyclage et design. C’est l’avenir, tel que je le conçois."

Propos recueillis par Kristel Michoux / Photo DR

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Steven

" Je dirais que le manque de confiance et l’échec scolaire ont façonné ma vie jusqu’à ces deux dernières années. J’ai grandi un peu tristement en banlieue parisienne, avec un père élu communiste puis député européen. Un père absent dont la réussite a certainement constitué un poids énorme pour moi. J’étais...

Lire la suite

Adrien

"Je n’ai pas eu l’impression de vivre une déviation, mais plutôt une sorte de retournement radical. Après une école de commerce et des débuts dans la production, j’étais à la tête d’une société qui réalisait des films publicitaires, des évènements... Une belle réussite qui ne m’empêchait pas de me poser...

Lire la suite

Marion et Virginie

"Cette histoire est celle de deux amies. Marion et moi nous sommes connues il y a vingt ans, à Hyères, au collège. Nous sommes restées en contact. J'étais fille de restaurateur. J'aimais l'ambiance en cuisine, le service, les plats qui passent. Pourtant, j’ai fait une école de commerce avant de...

Lire la suite

Samantha

"Dans les années 2000, quand la bulle Internet a éclaté, j'ai eu la chance après un premier job d'être recrutée par Google. C'était cool : on partait souvent à San Francisco, j'avais un bon salaire. Et puis les choses ont changé : une hiérarchie plus imposante, une équipe qui passe...

Lire la suite

Isabelle

"Ma mère était une coquette terrible. Elle reste mon idole en terme de style : un peu wild mais toujours chic. Ado dans les années 80, je fréquentais l’underground marseillais. On s’habillait de façon extravagante pour sortir : ska, garage, psycho…Moi, j’étais modette. Acheter du vintage m’a permis de forger...

Lire la suite

Olivier

"Je vais bientôt avoir 50 ans. Jusqu’à il y a peu, j’étais un architecte épanoui. Quand j’y pense, je me rends compte que j’étais même obsédé par mon métier… Mais petit à petit, les désagréments ont pris le dessus sur les satisfactions et j’ai commencé à me sentir pris au...

Lire la suite

Damien

"A l’âge de 10 ans, j’ai commencé à tapoter sur un ordinateur, qui est vite devenu mon jouet préféré. Très vite, je me suis mis à programmer, des choses simples et puis un peu moins simples. A l’époque, j’habitais avec ma grand-mère dans une caravane. Une vie de grand-air, d’autonomie,...

Lire la suite

Gwendoline

"Il y a trois ans, j’ai décidé de demander à subir une ablation partielle de l’estomac pour traiter mon obésité. J’avais pris conscience que sans ça, je ne pourrais pas avoir d’enfant. Pour les médecins, ce n’était pas un motif valable d’opération. Ils m’ont laissé neuf mois pour mûrir la...

Lire la suite

Denis

"Je n’ai pas eu le courage de dire non. Je n’ai pas eu le courage de leur expliquer : "Vous m’offrez de rejoindre votre cabinet, c’est un honneur mais ce n’est pas pour moi… " Je ne me suis pas écouté mais j’avais une excuse… j’étais programmé pour faire de...

Lire la suite

Patricia

"J’aime me qualifier de « femme sans âge », peut-être parce que j'ai plusieurs vies. Avec le recul, je me rends compte que la chanson en a toujours été le fil rouge… mais je n'y ai pas toujours prêté attention. A la sortie du lycée et contre le gré de...

Lire la suite