47- luis art deco landes paniers

"J’ai mis six ans à comprendre que je me posais la mauvaise question. L’important était de savoir ce que j’aimais faire"

Luisa

"Je suis Angolaise. Je viens de Luanda, la capitale, où j'avais monté mon propre salon de coiffure.
Et puis, j'ai rencontré mon mari, un Français, et j'ai abandonné tout ce que j’avais créé par amour pour lui. Je l'ai suivi en Corse.
Même si j’ai été accueillie à bras ouverts par sa famille, mon intégration dans la société n’a pas été évidente. Comment se faire des amis quand on ne parle pas la langue de son pays d’accueil ?
J'ai fini par trouver un emploi de femme de ménage, tout en me demandant ce que je pourrais faire de plus épanouissant. J’ai mis six ans à comprendre que je me posais la mauvaise question. L’important était de savoir ce que j’aimais faire ! S’il n’y avait pas de travail pour moi ici, je devais en créer un sur-mesure.
Je me suis soudain souvenue de cette formation d’éco-vannerie que j’avais suivie, adolescente, dans une école d’art à Luanda. Cette discipline consiste à fabriquer des objets à partir de papier recyclé. En Angola, nous ne sommes pas seulement d’excellents danseurs, nous sommes des créatifs, sensibilisés dès notre plus jeune âge au respect de l’environnement.
J’ai offert mon premier panier à mon mari. Il a été impressionné et m’a encouragée à continuer. Puis j’ai commencé à créer des lustres et des corbeilles pour mes amis. Je récupérerais les prospectus de réclame des supermarchés pour en faire ma matière première.
Dans la foulée, un article a paru sur moi dans un magazine féminin et le bouche-à-oreille a fait le reste. Maintenant, le papier vient à moi ! Parfois des inconnus déposent devant ma porte des sacs de journaux qui ont échappé au cycle du tri.
Je vends mon travail sur les foires. Chacune de mes créations raconte une histoire : j’y mets mes valeurs, la nostalgie de mon pays, la beauté inspirante de la Corse. Je donne aussi des ateliers, pour sensibiliser les jeunes à l’écologie. Ce qui me rend le plus fière n’est pas seulement le fait de réaliser de belles choses, c’est surtout de fédérer et de changer les mentalités.
Maintenant, ma microentreprise a un an. Je n’en vis pas encore, mais j’y consacre tout mon temps. L’éco-vannerie allie artisanat, recyclage et design. C’est l’avenir, tel que je le conçois."

Propos recueillis par Kristel Michoux / Photo DR

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Anaïs

"Le monde de l'édition m'a offert mon premier poste à 23 ans, en rédaction pour les magazines Fluide Glamour et Fluide Glacial, chez Flammarion. Autant dire en total décalage avec mes amis qui partaient faire leurs études en Erasmus. Moi j'avais des responsabilités, je menais la grande vie... Au bout...

Lire la suite

David

« J’ai tout fait, tout. Bûcheron, ouvrier vigneron, cadre dans une entreprise de négoce dans la Marne, d’où je viens. Puis j’ai traversé une sombre période de galère. Alors je suis parti sur la Côte d’Azur, à Saint-Raphaël, où je me suis retrouvé à faire la plonge dans un restaurant....

Lire la suite

Cyril

« D’origine arménienne, j’ai grandi en banlieue parisienne avec mon grand frère, mon héros, alors batteur de rock. On jouissait d’une liberté incroyable. J’ai commencé à gagner de l’argent en revendant des enregistrements pirates de Prince. En cheville avec des fabricants de CD qui me payaient pour me permettre d’enregistrer...

Lire la suite

Malika

« J'ai toujours ressenti le besoin de nouveauté, de challenge dans tous les jobs où je suis passée. J'en ai changé plusieurs fois et le hasard m'a souvent aidé. Après six ans dans la fonction publique, je m'ennuyais. Je me suis alors mise en disponibilité et j'ai trouvé un remplacement...

Lire la suite

Denis

"Je n’aurais jamais imaginé être autre chose qu’acteur. Déjà petit, je ne pensais qu’à ça . Je créais des spectacles que je jouais devant toute ma famille - une grande fratrie de sept enfants dont trois sont décédés très jeunes et quasiment la même année … Ma sœur et deux de mes...

Lire la suite

Elisabeth

"La première partie de ma vie a été guidée par un besoin de sécurité. J’ai perdu mon père quand j’avais six ans et ma mère a mis le curseur sur mes études. J’ai tout fait dans les rangs, un bac S, un DUT de gestion, un DESS de management. J’avais...

Lire la suite

Didi Kaiser

« En mai 1991, alors que mon groupe était en tournée à Montpellier, je me suis carrément évanoui dans la rue… J’avais 40 ans, je menais une vie typique de batteur de #rock. Tout petit déjà, je montais sur un siège pour mettre des pièces dans le juke-box du café de...

Lire la suite

Nicolas

"Ma première carrière a commencé à Nice au milieu des années 2000, à la sortie de mon école de journalisme. J’ai enchaîné les stages dans la région, surtout à la radio : Nostalgie et RCF, Radio Chrétienne de France. Mais j’étais un peu trop punk pour eux… je me suis...

Lire la suite

Aurélia

« Mon surnom c’est Poupoule. Mes amis m’appelaient comme ça bien avant que je n’aie une #rôtisserie ambulante. Je n’avais pas de diplômes en poche, même pas le bac. Mon métier à moi, c’était la rue, le bruit, le brassage des gens, le remballage, le déballage, les cafés avec les...

Lire la suite

Carine

"À l'âge de trois ans, j'ai été brutalement séparée de ma mère, puis de mon petit frère placé chez mes grands-parents. Je me suis retrouvée seule avec mon père, un homme autoritaire pour qui ma sensibilité était une déficience. J'étais une adolescente empathique qui voulait sauver le monde. Je me...

Lire la suite