47- luis art deco landes paniers

"J’ai mis six ans à comprendre que je me posais la mauvaise question. L’important était de savoir ce que j’aimais faire"

Luisa

"Je suis Angolaise. Je viens de Luanda, la capitale, où j'avais monté mon propre salon de coiffure.
Et puis, j'ai rencontré mon mari, un Français, et j'ai abandonné tout ce que j’avais créé par amour pour lui. Je l'ai suivi en Corse.
Même si j’ai été accueillie à bras ouverts par sa famille, mon intégration dans la société n’a pas été évidente. Comment se faire des amis quand on ne parle pas la langue de son pays d’accueil ?
J'ai fini par trouver un emploi de femme de ménage, tout en me demandant ce que je pourrais faire de plus épanouissant. J’ai mis six ans à comprendre que je me posais la mauvaise question. L’important était de savoir ce que j’aimais faire ! S’il n’y avait pas de travail pour moi ici, je devais en créer un sur-mesure.
Je me suis soudain souvenue de cette formation d’éco-vannerie que j’avais suivie, adolescente, dans une école d’art à Luanda. Cette discipline consiste à fabriquer des objets à partir de papier recyclé. En Angola, nous ne sommes pas seulement d’excellents danseurs, nous sommes des créatifs, sensibilisés dès notre plus jeune âge au respect de l’environnement.
J’ai offert mon premier panier à mon mari. Il a été impressionné et m’a encouragée à continuer. Puis j’ai commencé à créer des lustres et des corbeilles pour mes amis. Je récupérerais les prospectus de réclame des supermarchés pour en faire ma matière première.
Dans la foulée, un article a paru sur moi dans un magazine féminin et le bouche-à-oreille a fait le reste. Maintenant, le papier vient à moi ! Parfois des inconnus déposent devant ma porte des sacs de journaux qui ont échappé au cycle du tri.
Je vends mon travail sur les foires. Chacune de mes créations raconte une histoire : j’y mets mes valeurs, la nostalgie de mon pays, la beauté inspirante de la Corse. Je donne aussi des ateliers, pour sensibiliser les jeunes à l’écologie. Ce qui me rend le plus fière n’est pas seulement le fait de réaliser de belles choses, c’est surtout de fédérer et de changer les mentalités.
Maintenant, ma microentreprise a un an. Je n’en vis pas encore, mais j’y consacre tout mon temps. L’éco-vannerie allie artisanat, recyclage et design. C’est l’avenir, tel que je le conçois."

Propos recueillis par Kristel Michoux / Photo DR

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Arnaud

« Bercé par la culture hip-hop, je sors dans les années 90 d’un parcours scolaire assez chaotique pour me tourner vers la scène électro parisienne. J’enchaîne sur quelques boulots d’assistant ingénieur du son dans des studios. Dix ans plus tard, entre mon poste de vendeur de disques à la Fnac,...

Lire la suite

Stéphanie

"What the fuck am I doing here?" C'est la question qui me frappe, un matin, face à ma classe. J'ai 40 ans et je suis prof d'anglais depuis 14 ans, le jour où je réalise que je ne suis plus à ma place. Pourtant je fais le métier de mes...

Lire la suite

Stéphane

« Dans une autre vie, j’étais pianiste au sein d’un groupe qui tournait dans les bars et les campings. J’aimais cette communauté où j’ai été initié au free jazz, au psyché rock mais aussi à la critique du capitalisme. Elle a été ma seconde famille, la première n’en étant pas...

Lire la suite

Claire

«'Ok là non, je ne peux plus continuer comme ça, je vais négocier mon départ'. C'est lors d'une énième prise de tête avec mon boss que je me rends compte que, cette fois, j’ai exprimé mes pensées à haute voix. Entre la com' interne pour un célèbre fabricant de yaourt,...

Lire la suite

Tulipe

« Ai-je besoin de paillettes dans mon travail ? Après les Arts Déco à Paris, où j’apprends le design immobilier, je m’établis en tant qu’indépendante. Pendant 5 ans, je scénographie des vitrines pour le Printemps, Hermès, les Galeries Lafayette... J’ai l’impression d’apporter une certaine forme de poésie à la ville, mais...

Lire la suite

Lodewijk

« J’ai grandi dans une petite maison de pêcheur, entre Dunkerque et la frontière belge. Mon enfance, je l’ai passée sur les rivages de la mer du Nord. Après mon bac, je voulais voir du pays, alors j’ai suivi des études de Français Langue Étrangère. J’ai obtenu mon premier poste d’enseignant...

Lire la suite

Arnaud

« Jeune, après des études d’ingénieur et un stage en ingénierie aéronautique chez Dassault, je m’inscris au concours d’inspecteur de police. J’intègre la police judiciaire à Paris, d’abord dans le criminel, puis à la brigade des stups au 36 quai des Orfèvres. Je mène des enquêtes, des filatures… Au bout...

Lire la suite