48- boucher montreuil

"Rien de mieux que de se concentrer sur un geste, le répéter encore et encore, et faire en sorte de l’améliorer"

Olivier

"Je vais bientôt avoir 50 ans. Jusqu’à il y a peu, j’étais un architecte épanoui. Quand j’y pense, je me rends compte que j’étais même obsédé par mon métier…
Mais petit à petit, les désagréments ont pris le dessus sur les satisfactions et j’ai commencé à me sentir pris au piège dans un job qui ne ressemblait plus vraiment à celui que j’avais choisi.
Il faut dire qu’à la base, j’étais plus branché Beaux-Arts et dessin que maçonnerie et résistance des matériaux.
J’ai compris que j’étais en manque d’échanges, de retours sur mon travail.
Je me suis souvenu que petit, je voulais être boucher.
J’habitais une grande maison en banlieue nord de Paris où mes parents invitaient toujours plein de monde, tous milieux confondus. Dans le lot il y avait un boucher, dont les mains mes fascinaient !

Était-ce suffisant pour me lancer dans cette profession 30 ans plus tard ? Pas sûr….
Alors j’ai contacté un vrai boucher qui m’a mis à l’épreuve : « Viens travailler trois jours chez moi, je te dirai si tu peux le faire ». Bingo.
J’ai passé un CAP avec plein de types en conversion, des gars qui débarquaient de l’informatique ou la banque. En formation, je me levais à 6 heures, je terminais à 13h00, j’étais rincé et... ça me rendait zen. Rien de mieux que de se concentrer sur un geste, le répéter encore et encore, et faire en sorte de l’améliorer.
Cette routine m’a aidée à dégager du temps de cerveau pour faire autre chose, à être plus disponible pour mes trois enfants de 18, 15 et 10 ans. J’ai rééquilibré ma vie familiale : plus de temps passé avec eux et moins de dépenses, un nouveau partage des tâches avec mon épouse qui peut se consacrer davantage à son travail. D’ailleurs, c’est son (bon) salaire qui nous permet aujourd’hui de vivre tout à fait correctement.

Je me suis installé à Montreuil dans cette rue de l’Église qui a été totalement réenchantée par les petits commerces. C’est important pour moi d’être ici. Je bénéficie du soutien de mon entourage, ce qui n’est pas rien.
Pour autant, je n’ai pas l’impression d’avoir dévié. Une déviation est un chemin détourné pour arriver au point que l’on s’était fixé. Moi, je me suis reconverti sur le tard et j’ai de la chance car c’est un luxe incroyable de pouvoir vivre cela."

 

Propos recueillis par Antoine Couder / Photo Antoine Couder

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Steven

" Je dirais que le manque de confiance et l’échec scolaire ont façonné ma vie jusqu’à ces deux dernières années. J’ai grandi un peu tristement en banlieue parisienne, avec un père élu communiste puis député européen. Un père absent dont la réussite a certainement constitué un poids énorme pour moi. J’étais...

Lire la suite

Adrien

"Je n’ai pas eu l’impression de vivre une déviation, mais plutôt une sorte de retournement radical. Après une école de commerce et des débuts dans la production, j’étais à la tête d’une société qui réalisait des films publicitaires, des évènements... Une belle réussite qui ne m’empêchait pas de me poser...

Lire la suite

Marion et Virginie

"Cette histoire est celle de deux amies. Marion et moi nous sommes connues il y a vingt ans, à Hyères, au collège. Nous sommes restées en contact. J'étais fille de restaurateur. J'aimais l'ambiance en cuisine, le service, les plats qui passent. Pourtant, j’ai fait une école de commerce avant de...

Lire la suite

Samantha

"Dans les années 2000, quand la bulle Internet a éclaté, j'ai eu la chance après un premier job d'être recrutée par Google. C'était cool : on partait souvent à San Francisco, j'avais un bon salaire. Et puis les choses ont changé : une hiérarchie plus imposante, une équipe qui passe...

Lire la suite

Isabelle

"Ma mère était une coquette terrible. Elle reste mon idole en terme de style : un peu wild mais toujours chic. Ado dans les années 80, je fréquentais l’underground marseillais. On s’habillait de façon extravagante pour sortir : ska, garage, psycho…Moi, j’étais modette. Acheter du vintage m’a permis de forger...

Lire la suite

Luisa

"Je suis Angolaise. Je viens de Luanda, la capitale, où j'avais monté mon propre salon de coiffure. Et puis, j'ai rencontré mon mari, un Français, et j'ai abandonné tout ce que j’avais créé par amour pour lui. Je l'ai suivi en Corse. Même si j’ai été accueillie à bras ouverts...

Lire la suite

Damien

"A l’âge de 10 ans, j’ai commencé à tapoter sur un ordinateur, qui est vite devenu mon jouet préféré. Très vite, je me suis mis à programmer, des choses simples et puis un peu moins simples. A l’époque, j’habitais avec ma grand-mère dans une caravane. Une vie de grand-air, d’autonomie,...

Lire la suite

Gwendoline

"Il y a trois ans, j’ai décidé de demander à subir une ablation partielle de l’estomac pour traiter mon obésité. J’avais pris conscience que sans ça, je ne pourrais pas avoir d’enfant. Pour les médecins, ce n’était pas un motif valable d’opération. Ils m’ont laissé neuf mois pour mûrir la...

Lire la suite

Denis

"Je n’ai pas eu le courage de dire non. Je n’ai pas eu le courage de leur expliquer : "Vous m’offrez de rejoindre votre cabinet, c’est un honneur mais ce n’est pas pour moi… " Je ne me suis pas écouté mais j’avais une excuse… j’étais programmé pour faire de...

Lire la suite

Patricia

"J’aime me qualifier de « femme sans âge », peut-être parce que j'ai plusieurs vies. Avec le recul, je me rends compte que la chanson en a toujours été le fil rouge… mais je n'y ai pas toujours prêté attention. A la sortie du lycée et contre le gré de...

Lire la suite