48- boucher montreuil

"Rien de mieux que de se concentrer sur un geste, le répéter encore et encore, et faire en sorte de l’améliorer"

Olivier

"Je vais bientôt avoir 50 ans. Jusqu’à il y a peu, j’étais un architecte épanoui. Quand j’y pense, je me rends compte que j’étais même obsédé par mon métier…
Mais petit à petit, les désagréments ont pris le dessus sur les satisfactions et j’ai commencé à me sentir pris au piège dans un job qui ne ressemblait plus vraiment à celui que j’avais choisi.
Il faut dire qu’à la base, j’étais plus branché Beaux-Arts et dessin que maçonnerie et résistance des matériaux.
J’ai compris que j’étais en manque d’échanges, de retours sur mon travail.
Je me suis souvenu que petit, je voulais être boucher.
J’habitais une grande maison en banlieue nord de Paris où mes parents invitaient toujours plein de monde, tous milieux confondus. Dans le lot il y avait un boucher, dont les mains mes fascinaient !

Était-ce suffisant pour me lancer dans cette profession 30 ans plus tard ? Pas sûr….
Alors j’ai contacté un vrai boucher qui m’a mis à l’épreuve : « Viens travailler trois jours chez moi, je te dirai si tu peux le faire ». Bingo.
J’ai passé un CAP avec plein de types en conversion, des gars qui débarquaient de l’informatique ou la banque. En formation, je me levais à 6 heures, je terminais à 13h00, j’étais rincé et... ça me rendait zen. Rien de mieux que de se concentrer sur un geste, le répéter encore et encore, et faire en sorte de l’améliorer.
Cette routine m’a aidée à dégager du temps de cerveau pour faire autre chose, à être plus disponible pour mes trois enfants de 18, 15 et 10 ans. J’ai rééquilibré ma vie familiale : plus de temps passé avec eux et moins de dépenses, un nouveau partage des tâches avec mon épouse qui peut se consacrer davantage à son travail. D’ailleurs, c’est son (bon) salaire qui nous permet aujourd’hui de vivre tout à fait correctement.

Je me suis installé à Montreuil dans cette rue de l’Église qui a été totalement réenchantée par les petits commerces. C’est important pour moi d’être ici. Je bénéficie du soutien de mon entourage, ce qui n’est pas rien.
Pour autant, je n’ai pas l’impression d’avoir dévié. Une déviation est un chemin détourné pour arriver au point que l’on s’était fixé. Moi, je me suis reconverti sur le tard et j’ai de la chance car c’est un luxe incroyable de pouvoir vivre cela."

 

Propos recueillis par Antoine Couder / Photo Antoine Couder

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Anaïs

"Le monde de l'édition m'a offert mon premier poste à 23 ans, en rédaction pour les magazines Fluide Glamour et Fluide Glacial, chez Flammarion. Autant dire en total décalage avec mes amis qui partaient faire leurs études en Erasmus. Moi j'avais des responsabilités, je menais la grande vie... Au bout...

Lire la suite

David

« J’ai tout fait, tout. Bûcheron, ouvrier vigneron, cadre dans une entreprise de négoce dans la Marne, d’où je viens. Puis j’ai traversé une sombre période de galère. Alors je suis parti sur la Côte d’Azur, à Saint-Raphaël, où je me suis retrouvé à faire la plonge dans un restaurant....

Lire la suite

Cyril

« D’origine arménienne, j’ai grandi en banlieue parisienne avec mon grand frère, mon héros, alors batteur de rock. On jouissait d’une liberté incroyable. J’ai commencé à gagner de l’argent en revendant des enregistrements pirates de Prince. En cheville avec des fabricants de CD qui me payaient pour me permettre d’enregistrer...

Lire la suite

Malika

« J'ai toujours ressenti le besoin de nouveauté, de challenge dans tous les jobs où je suis passée. J'en ai changé plusieurs fois et le hasard m'a souvent aidé. Après six ans dans la fonction publique, je m'ennuyais. Je me suis alors mise en disponibilité et j'ai trouvé un remplacement...

Lire la suite

Denis

"Je n’aurais jamais imaginé être autre chose qu’acteur. Déjà petit, je ne pensais qu’à ça . Je créais des spectacles que je jouais devant toute ma famille - une grande fratrie de sept enfants dont trois sont décédés très jeunes et quasiment la même année … Ma sœur et deux de mes...

Lire la suite

Elisabeth

"La première partie de ma vie a été guidée par un besoin de sécurité. J’ai perdu mon père quand j’avais six ans et ma mère a mis le curseur sur mes études. J’ai tout fait dans les rangs, un bac S, un DUT de gestion, un DESS de management. J’avais...

Lire la suite

Didi Kaiser

« En mai 1991, alors que mon groupe était en tournée à Montpellier, je me suis carrément évanoui dans la rue… J’avais 40 ans, je menais une vie typique de batteur de #rock. Tout petit déjà, je montais sur un siège pour mettre des pièces dans le juke-box du café de...

Lire la suite

Nicolas

"Ma première carrière a commencé à Nice au milieu des années 2000, à la sortie de mon école de journalisme. J’ai enchaîné les stages dans la région, surtout à la radio : Nostalgie et RCF, Radio Chrétienne de France. Mais j’étais un peu trop punk pour eux… je me suis...

Lire la suite

Aurélia

« Mon surnom c’est Poupoule. Mes amis m’appelaient comme ça bien avant que je n’aie une #rôtisserie ambulante. Je n’avais pas de diplômes en poche, même pas le bac. Mon métier à moi, c’était la rue, le bruit, le brassage des gens, le remballage, le déballage, les cafés avec les...

Lire la suite

Carine

"À l'âge de trois ans, j'ai été brutalement séparée de ma mère, puis de mon petit frère placé chez mes grands-parents. Je me suis retrouvée seule avec mon père, un homme autoritaire pour qui ma sensibilité était une déficience. J'étais une adolescente empathique qui voulait sauver le monde. Je me...

Lire la suite