48- boucher montreuil

"Rien de mieux que de se concentrer sur un geste, le répéter encore et encore, et faire en sorte de l’améliorer"

Olivier

"Je vais bientôt avoir 50 ans. Jusqu’à il y a peu, j’étais un architecte épanoui. Quand j’y pense, je me rends compte que j’étais même obsédé par mon métier…
Mais petit à petit, les désagréments ont pris le dessus sur les satisfactions et j’ai commencé à me sentir pris au piège dans un job qui ne ressemblait plus vraiment à celui que j’avais choisi.
Il faut dire qu’à la base, j’étais plus branché Beaux-Arts et dessin que maçonnerie et résistance des matériaux.
J’ai compris que j’étais en manque d’échanges, de retours sur mon travail.
Je me suis souvenu que petit, je voulais être boucher.
J’habitais une grande maison en banlieue nord de Paris où mes parents invitaient toujours plein de monde, tous milieux confondus. Dans le lot il y avait un boucher, dont les mains mes fascinaient !

Était-ce suffisant pour me lancer dans cette profession 30 ans plus tard ? Pas sûr….
Alors j’ai contacté un vrai boucher qui m’a mis à l’épreuve : « Viens travailler trois jours chez moi, je te dirai si tu peux le faire ». Bingo.
J’ai passé un CAP avec plein de types en conversion, des gars qui débarquaient de l’informatique ou la banque. En formation, je me levais à 6 heures, je terminais à 13h00, j’étais rincé et... ça me rendait zen. Rien de mieux que de se concentrer sur un geste, le répéter encore et encore, et faire en sorte de l’améliorer.
Cette routine m’a aidée à dégager du temps de cerveau pour faire autre chose, à être plus disponible pour mes trois enfants de 18, 15 et 10 ans. J’ai rééquilibré ma vie familiale : plus de temps passé avec eux et moins de dépenses, un nouveau partage des tâches avec mon épouse qui peut se consacrer davantage à son travail. D’ailleurs, c’est son (bon) salaire qui nous permet aujourd’hui de vivre tout à fait correctement.

Je me suis installé à Montreuil dans cette rue de l’Église qui a été totalement réenchantée par les petits commerces. C’est important pour moi d’être ici. Je bénéficie du soutien de mon entourage, ce qui n’est pas rien.
Pour autant, je n’ai pas l’impression d’avoir dévié. Une déviation est un chemin détourné pour arriver au point que l’on s’était fixé. Moi, je me suis reconverti sur le tard et j’ai de la chance car c’est un luxe incroyable de pouvoir vivre cela."

 

Propos recueillis par Antoine Couder / Photo Antoine Couder

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Arnaud

« Bercé par la culture hip-hop, je sors dans les années 90 d’un parcours scolaire assez chaotique pour me tourner vers la scène électro parisienne. J’enchaîne sur quelques boulots d’assistant ingénieur du son dans des studios. Dix ans plus tard, entre mon poste de vendeur de disques à la Fnac,...

Lire la suite

Stéphanie

"What the fuck am I doing here?" C'est la question qui me frappe, un matin, face à ma classe. J'ai 40 ans et je suis prof d'anglais depuis 14 ans, le jour où je réalise que je ne suis plus à ma place. Pourtant je fais le métier de mes...

Lire la suite

Stéphane

« Dans une autre vie, j’étais pianiste au sein d’un groupe qui tournait dans les bars et les campings. J’aimais cette communauté où j’ai été initié au free jazz, au psyché rock mais aussi à la critique du capitalisme. Elle a été ma seconde famille, la première n’en étant pas...

Lire la suite

Claire

«'Ok là non, je ne peux plus continuer comme ça, je vais négocier mon départ'. C'est lors d'une énième prise de tête avec mon boss que je me rends compte que, cette fois, j’ai exprimé mes pensées à haute voix. Entre la com' interne pour un célèbre fabricant de yaourt,...

Lire la suite

Tulipe

« Ai-je besoin de paillettes dans mon travail ? Après les Arts Déco à Paris, où j’apprends le design immobilier, je m’établis en tant qu’indépendante. Pendant 5 ans, je scénographie des vitrines pour le Printemps, Hermès, les Galeries Lafayette... J’ai l’impression d’apporter une certaine forme de poésie à la ville, mais...

Lire la suite

Lodewijk

« J’ai grandi dans une petite maison de pêcheur, entre Dunkerque et la frontière belge. Mon enfance, je l’ai passée sur les rivages de la mer du Nord. Après mon bac, je voulais voir du pays, alors j’ai suivi des études de Français Langue Étrangère. J’ai obtenu mon premier poste d’enseignant...

Lire la suite

Arnaud

« Jeune, après des études d’ingénieur et un stage en ingénierie aéronautique chez Dassault, je m’inscris au concours d’inspecteur de police. J’intègre la police judiciaire à Paris, d’abord dans le criminel, puis à la brigade des stups au 36 quai des Orfèvres. Je mène des enquêtes, des filatures… Au bout...

Lire la suite