53- jessica droles de tables

"J’ai tout passé en revue : café poussette, food truck, garderie nomade... pour finalement arriver à la pâtisserie"

Samantha

"Dans les années 2000, quand la bulle Internet a éclaté, j'ai eu la chance après un premier job d'être recrutée par Google. C'était cool : on partait souvent à San Francisco, j'avais un bon salaire.
Et puis les choses ont changé : une hiérarchie plus imposante, une équipe qui passe de 20 à 150 personnes. Pour moi, l'aventure humaine était finie.
J'ai alors été débauchée par Microsoft. Ça tombait très bien. Mais nous avons été revendus à AOL et du jour au lendemain, j’ai été rattachée au numéro 10 de la boîte alors que je travaillais avant avec le boss. C’est bête, mais ça fragilise l’ego.
C’est à cette période que j'ai eu ma fille. Je bossais tard de chez moi pour compenser le fait que je partais plus tôt du bureau. Je ne m'y retrouvais plus, je sentais que j’étais devenue un pion parmi d’autres. Je ne faisais plus ce job que pour l’argent, ça me désespérait.

Je me suis mise à rêver que j'étais mon propre patron. Je gagnerais peut-être moins, mais au moins je travaillerais à mon compte. J'ai commencé à plancher sur des business plans en me posant cette question fondamentale : « Qu’est-ce que tu aimes vraiment faire, au fond ? ».
J’ai tout passé en revue : café poussette, food truck, garderie nomade... J'en suis finalement arrivée à la pâtisserie.
La raison ? Je voyais plein de gens autour de moi qui n'avaient pas le temps de mettre en place les anniversaires de leurs enfants et qui avaient besoin de quelqu'un pour tout prendre en main.
Cette idée s'est imposée à moi. En à peine six mois, j'ai passé un CAP Pâtissier, un BAFA et un diplôme d'hygiène alimentaire. J’ai dû apprendre à faire face à un job qui physiquement nous casse en deux, mais je n’ai pas renoncé.

J’ai créé ma boîte il y a un an. J’ai monté mon laboratoire et je démarche les particuliers et les professionnels pour leur préparer des pâtisseries et des buffets sucrés.
Mes journées font 18, 19 heures. Chaque matin, je me pose la question : « Est-ce que tu ne regrettes pas ? ». Jamais.
J'étais au bord du ravin. Aujourd'hui, je vis mon histoire à fond et j’accorde plus de temps de qualité à ma fille. Je peux lui prouver qu'on n'a pas qu'une seule vie et qu'on peut aller au bout de ses rêves."

Propos recueillis par Juliette Vergnaud / Photo Sydney Klasen

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Axelle

« C’est la maladie de ceux qui ont dit trop rarement non ou stop » Axelle « Il y a cinq ans, alors directrice associée d’une agence de communication, une fatigue chronique, des spasmes intestinaux, des migraines, me font consulter. Le médecin diagnostique une « colopathie fonctionnelle » et me demande de « limiter ma consommation…

Lire la suite

Cécilia et Bethsabée

« On a débarqué dans ce milieu comme des ovnis » Cécilia et Bethsabée « Je suis tombée dans la presse féminine par hasard. Un stage chez Grazia est devenu un job étudiant puis j’ai suivi ma chef dans un autre groupe de presse. À 25 ans, je signais mon premier CDI en…

Lire la suite

Bruno

« On m’a souvent dit que je portais un projet social » Bruno « Après avoir travaillé six ans dans un salon de coiffure à São Paulo, j’ai décidé qu’il était temps de redonner une âme à mon activité. Je n’ai pas changé de métier. J’ai changé mon métier. La norme veut…

Lire la suite

Renan

« les métiers manuels sont toujours mal payés et peu valorisés » Renan « Avant d’être un homme heureux, mon parcours n’a pas été simple. Durant mon enfance, je suis durement marqué par les divorces successifs de mes parents qui me conduisent de Montpellier à Bordeaux jusqu’à la banlieue parisienne. Là-bas, je…

Lire la suite

Laure

« Repartir de zéro rend très humble » Laure « Il m’a fallu 3 ans pour quitter un poste de directrice marketing à la région Ile de France et prendre mon destin en main. Jusqu’à cette démission, à 39 ans, mon parcours est plutôt linéaire. Mes parents travaillent tous les deux dans la…

Lire la suite

Florian

« Depuis l’enfance, toujours cette question anodine qui se transforme peu à peu en angoissante injonction : « Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ?» Ma curiosité n’a pas de territoire. Elle se promène, vagabonde. Mais à l’époque je l’ignore. Bac européen, classe prépa, Sorbonne, Science po, stage à...

Lire la suite

Hervé

« En 2006, j’avais une vie qui me rendait parfaitement heureux : mon épouse Nathalie et moi étions fleuristes et propriétaires des murs du magasin que nous avions fait construire. Nous avions des salariés, de l’autonomie, des bons revenus et la possibilité de prendre des vacances avec nos deux filles...

Lire la suite