53- jessica droles de tables

"J’ai tout passé en revue : café poussette, food truck, garderie nomade... pour finalement arriver à la pâtisserie"

Samantha

"Dans les années 2000, quand la bulle Internet a éclaté, j'ai eu la chance après un premier job d'être recrutée par Google. C'était cool : on partait souvent à San Francisco, j'avais un bon salaire.
Et puis les choses ont changé : une hiérarchie plus imposante, une équipe qui passe de 20 à 150 personnes. Pour moi, l'aventure humaine était finie.
J'ai alors été débauchée par Microsoft. Ça tombait très bien. Mais nous avons été revendus à AOL et du jour au lendemain, j’ai été rattachée au numéro 10 de la boîte alors que je travaillais avant avec le boss. C’est bête, mais ça fragilise l’ego.
C’est à cette période que j'ai eu ma fille. Je bossais tard de chez moi pour compenser le fait que je partais plus tôt du bureau. Je ne m'y retrouvais plus, je sentais que j’étais devenue un pion parmi d’autres. Je ne faisais plus ce job que pour l’argent, ça me désespérait.

Je me suis mise à rêver que j'étais mon propre patron. Je gagnerais peut-être moins, mais au moins je travaillerais à mon compte. J'ai commencé à plancher sur des business plans en me posant cette question fondamentale : « Qu’est-ce que tu aimes vraiment faire, au fond ? ».
J’ai tout passé en revue : café poussette, food truck, garderie nomade... J'en suis finalement arrivée à la pâtisserie.
La raison ? Je voyais plein de gens autour de moi qui n'avaient pas le temps de mettre en place les anniversaires de leurs enfants et qui avaient besoin de quelqu'un pour tout prendre en main.
Cette idée s'est imposée à moi. En à peine six mois, j'ai passé un CAP Pâtissier, un BAFA et un diplôme d'hygiène alimentaire. J’ai dû apprendre à faire face à un job qui physiquement nous casse en deux, mais je n’ai pas renoncé.

J’ai créé ma boîte il y a un an. J’ai monté mon laboratoire et je démarche les particuliers et les professionnels pour leur préparer des pâtisseries et des buffets sucrés.
Mes journées font 18, 19 heures. Chaque matin, je me pose la question : « Est-ce que tu ne regrettes pas ? ». Jamais.
J'étais au bord du ravin. Aujourd'hui, je vis mon histoire à fond et j’accorde plus de temps de qualité à ma fille. Je peux lui prouver qu'on n'a pas qu'une seule vie et qu'on peut aller au bout de ses rêves."

Propos recueillis par Juliette Vergnaud / Photo Sydney Klasen

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Steven

" Je dirais que le manque de confiance et l’échec scolaire ont façonné ma vie jusqu’à ces deux dernières années. J’ai grandi un peu tristement en banlieue parisienne, avec un père élu communiste puis député européen. Un père absent dont la réussite a certainement constitué un poids énorme pour moi. J’étais...

Lire la suite

Adrien

"Je n’ai pas eu l’impression de vivre une déviation, mais plutôt une sorte de retournement radical. Après une école de commerce et des débuts dans la production, j’étais à la tête d’une société qui réalisait des films publicitaires, des évènements... Une belle réussite qui ne m’empêchait pas de me poser...

Lire la suite

Marion et Virginie

"Cette histoire est celle de deux amies. Marion et moi nous sommes connues il y a vingt ans, à Hyères, au collège. Nous sommes restées en contact. J'étais fille de restaurateur. J'aimais l'ambiance en cuisine, le service, les plats qui passent. Pourtant, j’ai fait une école de commerce avant de...

Lire la suite

Isabelle

"Ma mère était une coquette terrible. Elle reste mon idole en terme de style : un peu wild mais toujours chic. Ado dans les années 80, je fréquentais l’underground marseillais. On s’habillait de façon extravagante pour sortir : ska, garage, psycho…Moi, j’étais modette. Acheter du vintage m’a permis de forger...

Lire la suite

Olivier

"Je vais bientôt avoir 50 ans. Jusqu’à il y a peu, j’étais un architecte épanoui. Quand j’y pense, je me rends compte que j’étais même obsédé par mon métier… Mais petit à petit, les désagréments ont pris le dessus sur les satisfactions et j’ai commencé à me sentir pris au...

Lire la suite

Luisa

"Je suis Angolaise. Je viens de Luanda, la capitale, où j'avais monté mon propre salon de coiffure. Et puis, j'ai rencontré mon mari, un Français, et j'ai abandonné tout ce que j’avais créé par amour pour lui. Je l'ai suivi en Corse. Même si j’ai été accueillie à bras ouverts...

Lire la suite

Damien

"A l’âge de 10 ans, j’ai commencé à tapoter sur un ordinateur, qui est vite devenu mon jouet préféré. Très vite, je me suis mis à programmer, des choses simples et puis un peu moins simples. A l’époque, j’habitais avec ma grand-mère dans une caravane. Une vie de grand-air, d’autonomie,...

Lire la suite

Gwendoline

"Il y a trois ans, j’ai décidé de demander à subir une ablation partielle de l’estomac pour traiter mon obésité. J’avais pris conscience que sans ça, je ne pourrais pas avoir d’enfant. Pour les médecins, ce n’était pas un motif valable d’opération. Ils m’ont laissé neuf mois pour mûrir la...

Lire la suite

Denis

"Je n’ai pas eu le courage de dire non. Je n’ai pas eu le courage de leur expliquer : "Vous m’offrez de rejoindre votre cabinet, c’est un honneur mais ce n’est pas pour moi… " Je ne me suis pas écouté mais j’avais une excuse… j’étais programmé pour faire de...

Lire la suite

Patricia

"J’aime me qualifier de « femme sans âge », peut-être parce que j'ai plusieurs vies. Avec le recul, je me rends compte que la chanson en a toujours été le fil rouge… mais je n'y ai pas toujours prêté attention. A la sortie du lycée et contre le gré de...

Lire la suite