53- jessica droles de tables

"J’ai tout passé en revue : café poussette, food truck, garderie nomade... pour finalement arriver à la pâtisserie"

Samantha

"Dans les années 2000, quand la bulle Internet a éclaté, j'ai eu la chance après un premier job d'être recrutée par Google. C'était cool : on partait souvent à San Francisco, j'avais un bon salaire.
Et puis les choses ont changé : une hiérarchie plus imposante, une équipe qui passe de 20 à 150 personnes. Pour moi, l'aventure humaine était finie.
J'ai alors été débauchée par Microsoft. Ça tombait très bien. Mais nous avons été revendus à AOL et du jour au lendemain, j’ai été rattachée au numéro 10 de la boîte alors que je travaillais avant avec le boss. C’est bête, mais ça fragilise l’ego.
C’est à cette période que j'ai eu ma fille. Je bossais tard de chez moi pour compenser le fait que je partais plus tôt du bureau. Je ne m'y retrouvais plus, je sentais que j’étais devenue un pion parmi d’autres. Je ne faisais plus ce job que pour l’argent, ça me désespérait.

Je me suis mise à rêver que j'étais mon propre patron. Je gagnerais peut-être moins, mais au moins je travaillerais à mon compte. J'ai commencé à plancher sur des business plans en me posant cette question fondamentale : « Qu’est-ce que tu aimes vraiment faire, au fond ? ».
J’ai tout passé en revue : café poussette, food truck, garderie nomade... J'en suis finalement arrivée à la pâtisserie.
La raison ? Je voyais plein de gens autour de moi qui n'avaient pas le temps de mettre en place les anniversaires de leurs enfants et qui avaient besoin de quelqu'un pour tout prendre en main.
Cette idée s'est imposée à moi. En à peine six mois, j'ai passé un CAP Pâtissier, un BAFA et un diplôme d'hygiène alimentaire. J’ai dû apprendre à faire face à un job qui physiquement nous casse en deux, mais je n’ai pas renoncé.

J’ai créé ma boîte il y a un an. J’ai monté mon laboratoire et je démarche les particuliers et les professionnels pour leur préparer des pâtisseries et des buffets sucrés.
Mes journées font 18, 19 heures. Chaque matin, je me pose la question : « Est-ce que tu ne regrettes pas ? ». Jamais.
J'étais au bord du ravin. Aujourd'hui, je vis mon histoire à fond et j’accorde plus de temps de qualité à ma fille. Je peux lui prouver qu'on n'a pas qu'une seule vie et qu'on peut aller au bout de ses rêves."

Propos recueillis par Juliette Vergnaud / Photo Sydney Klasen

Partagez ce témoignage

PLUS D'HISTOIRES

Arnaud

« Bercé par la culture hip-hop, je sors dans les années 90 d’un parcours scolaire assez chaotique pour me tourner vers la scène électro parisienne. J’enchaîne sur quelques boulots d’assistant ingénieur du son dans des studios. Dix ans plus tard, entre mon poste de vendeur de disques à la Fnac,...

Lire la suite

Stéphanie

"What the fuck am I doing here?" C'est la question qui me frappe, un matin, face à ma classe. J'ai 40 ans et je suis prof d'anglais depuis 14 ans, le jour où je réalise que je ne suis plus à ma place. Pourtant je fais le métier de mes...

Lire la suite

Stéphane

« Dans une autre vie, j’étais pianiste au sein d’un groupe qui tournait dans les bars et les campings. J’aimais cette communauté où j’ai été initié au free jazz, au psyché rock mais aussi à la critique du capitalisme. Elle a été ma seconde famille, la première n’en étant pas...

Lire la suite

Claire

«'Ok là non, je ne peux plus continuer comme ça, je vais négocier mon départ'. C'est lors d'une énième prise de tête avec mon boss que je me rends compte que, cette fois, j’ai exprimé mes pensées à haute voix. Entre la com' interne pour un célèbre fabricant de yaourt,...

Lire la suite

Tulipe

« Ai-je besoin de paillettes dans mon travail ? Après les Arts Déco à Paris, où j’apprends le design immobilier, je m’établis en tant qu’indépendante. Pendant 5 ans, je scénographie des vitrines pour le Printemps, Hermès, les Galeries Lafayette... J’ai l’impression d’apporter une certaine forme de poésie à la ville, mais...

Lire la suite

Lodewijk

« J’ai grandi dans une petite maison de pêcheur, entre Dunkerque et la frontière belge. Mon enfance, je l’ai passée sur les rivages de la mer du Nord. Après mon bac, je voulais voir du pays, alors j’ai suivi des études de Français Langue Étrangère. J’ai obtenu mon premier poste d’enseignant...

Lire la suite

Arnaud

« Jeune, après des études d’ingénieur et un stage en ingénierie aéronautique chez Dassault, je m’inscris au concours d’inspecteur de police. J’intègre la police judiciaire à Paris, d’abord dans le criminel, puis à la brigade des stups au 36 quai des Orfèvres. Je mène des enquêtes, des filatures… Au bout...

Lire la suite