Charles Yvon : “La Manche un territoire d’opportunités pour changer de vie”

"J'ai gardé l'âme, la qualité de notre produit phare, mais j'ai beaucoup "dévié" pour aller conquérir de nouveaux marchés !"

Charles Yvon est le jeune et talentueux Président du Parapluie de Cherbourg, une société basée dans le département de la Manche.

Un parapluie qui résiste à des vents de face de 156 km/h…

Il participera le mercredi 8 juin à Saint-Lô à la conférence qui est organisée par l’Attitude Manche et dont Les Déviations sont partenaires. Le thème : La Manche, le nouvel eldorado du changement de vie ? – L’événement est gratuit mais il faut s’inscrire via ce lien-. Laurent Moisson, co-fondateur de notre média prendra la parole également. Les deux hommes se connaissent bien. Ils font tous les deux partie des Forces Françaises de l’Industrie qui défend, notamment le Made in France. La conférence sera animée par Anne Boétie, animatrice de France 3 Normandie.

Le témoignage de Charles Yvon est d’autant plus intéressant qu’après avoir été photographe et avoir voyagé dans le monde entier, il a repris la société spécialisée dans la fabrication de parapluies – comme son nom l’indique- dont il a considérablement développé l’activité. De 6 000 unités en 2018, la production est passée à 20 000 en 2021 tout en veillant à conserver la même qualité. “L’entreprise a été créée en 1986, et nous n’avons toujours pas été au bout de longévité de notre parapluie.” Autrement dit, les parapluies servent tous avec la même efficacité à ce jour !

“Je me forme sans arrêt dans de nouveaux domaines”

Charles Yvon se destinait davantage à une carrière d’ingénieur – je suis un scientifique à la base-. Puis en reprenant la société qu’il a rachetée à son père, il a repris plusieurs fois le chemin des études pour se former : “J’ai passé une licence d’économie gestion et  j’ai décroché un bachelor à l’Ecole de Commerce de Grenoble. J’ai été élu entrepreneur de l’année en 2019 devant 7 000 étudiants, c’était de la folie. Ensuite, j’ai passé un double master en communication et marketing que j’ai terminé en 2015 et je me suis engagé à 100% dans la boite. Je continue à apprendre et à me former. L’année dernière,  j’ai suivi une formation à l’IHEMI – Institut des hautes études du ministère de l’Intérieur-. Et en début d’année, j’ai fait l’IHEDN – l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale. Je suis un touche à tout  très curieux !”

De artistes branchés soutiennent la marque

S’il garde la même ligne directrice quant à la qualité de son produit, il n’hésite pas à prendre des trajectoires différentes pour développer sa société. Elle emploie aujourd’hui une trentaine de personnes et qui réalise un chiffre d’affaires annuel de 2,5 millions d’euros. C’est ainsi qu’il a noué des partenariats stratégiques avec des grandes marques de luxe, développé la présence de ses produits dans des boutiques branchées, et qu’il implique aussi des artistes dans ses collaborations -OrelSan, Stromae, etc-

Il n’a pas eu peur de changer le nom de la marque qui au départ avait été lancée par son père sous l’appellation “Le Véritable Cherbourg”.

On le voit, Charles Yvon n’a pas hésité à se remettre en question. Il a innové et a fait des déviations au niveau de son business, toutes couronnées de succès. C’est sa société qui fabrique le parapluie – sécurisé- et équipe le Président de la République par temps de pluie, c’est encore lui qui propose des collections sur mesure à l’armée, à la Gendarmerie Nationale mais aussi à des marques branchées. Là encore, pour arriver à ces résultats, il a dû dévier de la ligne de départ de la société. Charles Yvon fait connaitre et développe son produit dans le monde entier et dans des domaines très différents, parfois inattendus.

“La Manche ? Il y fait non seulement bon vivre, mais on recrute !”

Sur la thématique du jour, La manche, nouvel eldorado du changement de vie, ce n’est pas lui qui dira le contraire. Enfant du pays, Charles Yvon vante la diversité des paysages, l’éventail des possibilités à tous les niveaux, le dynamisme économique, et les attraits du bien vivre : gastronomie et nombreuses activités sportives. “Notre région est non seulement belle, on s’y sent bien, mais en plus nous recrutons !”

Message passé !

A lire aussi : son interview au site des FFI.

Laisser un commentaire

Vous inscrire à notre newsletter