Olivier Reynaud : « Je me suis enfermé dans un monde inconnu pour ouvrir le champ de mes possibles ! »

J’ai connu les galères, et le stress des premières expériences ratées !

À l’occasion de la sortie de notre magazine N°2, nous vous proposons de découvrir certaines de nos histoires. Aujourd’hui nous vous parlerons d’Olivier Reynaud. A 38 ans, il entame avec la même passion sa troisième grande aventure en tant qu’entrepreneur ! Il ignorait tout du codage qu’il a appris à maîtriser pendant trois mois lors « d’une formation commando » au Wagon. Il s’apprête à révolutionner la création vidéo…

“J’ai surtout appris ce que je ne voulais pas faire.”

Il aime à le souligner : «Je suis un créatif né  ! Enfant, je dessinais plus que je ne m’exprimais ! Je passais mes journées à faire des dessins animés d’abord sur du papier puis sur Amiga et PC. Je me suis mis à faire des sites quand internet a débarqué ». Son bac S en poche, Olivier commence des études de Sciences et Génies des Matériaux -« J’ai surtout appris ce que je ne voulais pas faire »…- avant de rejoindre une école de commerce, l’IAE de Montpellier.  Il lance alors, en deux temps,  le premier site de téléchargement  de musique légal gratuit avec un système de rémunération novateur pour l’artiste.

Il lance alors, en deux temps,  le premier site de téléchargement  de musique légal gratuit avec un système de rémunération novateur pour l’artiste. En 2010, il a l’intuition -toujours en avance sur le marché- que la vidéo devient clé pour internet et il a l’idée de créer Teads qui fait venir la publicité de la télé vers ce nouveau média. Sept ans plus tard, la startup est rachetée, devenue la première place de marché mondiale de publicité vidéo, par Altice après s’être associé entre temps avec succès avec Ebuzzing. -Teads emploie aujourd’hui 800 personnes et est présent dans une trentaine de pays-

“Notre mission est de créer le plus grand studio du monde alimenté par une intelligence artificielle !”

Et c’est autour d’elle qu’il a monté son troisième grand projet qu’il développe actuellement via sa nouvelle structure, Aive. Ce nouveau projet dont l’ambition et l’impact sont mondiaux s’est construit avec Rudy Lellouche, co-fondateur et partenaire unique depuis plus de 10 années sur chacune de leurs startups. Olivier Reynaud a imaginé avec ses équipes un système de montage et de post-production de vidéos qui permettra à n’importe quel acteur économique de remonter de manière automatisée par l’IA un film selon le format (vertical, carré, horizontal) et la durée souhaitée en vue d’exploitations différentes selon les canaux de diffusion. 

Le service sera actif début 2022 mais, dès à présent,  quinze personnes travaillent avec lui entre Montpellier et à Paris. «Notre mission est de créer le plus grand studio du monde alimenté par une intelligence artificielle ! J’aurais pu lever des fonds tout de suite, j’ai préféré rencontrer plus de 100 business Angels et me challenger auprès d’eux. La constitution des équipes est toute aussi importante. Elle l’a été dans toutes mes aventures. »

“Je veux aussi aider comme je peux.”

L’entrepreneur a une habitude bien particulière dans toutes ses startups, celle de rencontrer ses futurs clients et leur présenter la solution… avant même qu’elle existe ! « Alors qu’Aive n’était encore qu’au prémices, j’étais absolument convaincu que notre vision, celle d’automatiser la création vidéo serait un game-changer pour l’industrie. En octobre 2018, sentant l’opportunité que les plus grandes sociétés de ce monde auront besoin de notre technologie, j’ai donc sauté dans un avion pour un aller-retour express Paris – San Francisco pour un rendez-vous unique d’une heure, et pas des moindres : présenter Aive à la direction d’Airbnb ! Ce rendez-vous confirma que notre vision était la bonne, l’histoire reste à écrire. Pour créer le meilleur produit, il faut trouver un problème puis sa solution. Et non l’inverse. On se trompe si on crée une technologie et qu’on se demande ensuite comment la vendre».

Olivier Reynaud, depuis de nombreuses années, partage sa vie entre Paris et Montpellier. Il veut contribuer à ce que la Métropole de la région Occitanie devienne la nouvelle French Silicon Valley. C’est pour cette raison qu’il est très proche de jeunes entrepreneurs : « Il y a beaucoup de talents. J’ai connu les galères, et le stress des premières expériences ratées ! Je n’oublie rien. Je veux aussi aider comme je peux. » Jeune papa d’une petite fille née pendant l’épidémie du Covid-19, Olivier a toujours su compter sur le soutien de sa femme. « Elle m’accompagne et me conseille. J’ai longtemps fait des sacrifices, qu’elle a partagés ». 

“Elle m’apporte du recul, une paix intérieure et professionnelle.”

La méditation occupe une grande place dans son existence. « Elle m’apporte du recul, une paix intérieure et professionnelle. » Il dévore aussi de nombreux livres sur le monde du business, se passionne pour les récits  d’entrepreneurs et des biographies. « En fait, je les écoute ! Je suis un fan des ouvrages audios. Je peux autant apprécier la biographie d’Elon Musk que celle de l’ancien champion de ski acrobatique Edgard Grospiron. Du reste, nous sommes devenus associés et copains après la lecture de son livre ! Je lui avais envoyé un mot, nous avons pris un café, beaucoup de points nous rapprochaient !»

S’il ne dessine plus Olivier Reynaud avoue tenir un « journal de bord personnel.» Il a aussi un bloc-note sur son mobile sur lequel il inscrit toutes ses idées ! « Je dois en avoir plus de 150 ! Elles me nourrissent. » Il devrait bien en développer d’ici quelques temps encore une ou deux…

Par Nicolas Pigasse.

Les Déviations N°2

En vente

Les Déviations N°1

Toujours en vente

Laisser un commentaire

Vous inscrire à notre newsletter