Précommandez
Le magazine Les Déviations N°2

7,90 

Découvrez notre second numéro, “Et si le bonheur était dans nos mains”, ou autrement dit : s’orienter vers les métiers du “Faire”.

Catégorie : Étiquettes : , , , ,

Description

« Si tu ne travailles pas à l’école, tu finiras à l’usine ! ».
Ouvrier, agriculteur ou artisan… Qui n’a pas entendu, dans sa jeunesse, ces métiers accolés à des phrases menaçantes ?

Est-ce le génie d’un Zola et de sa plume qui en a flétri la réputation ?
Est-ce un snobisme hérité de l’ancien régime pour les gens qui travaillent de façon opérative ?
Est-ce l’impression qu’on ne peut produire sans côtoyer la domination de quelques-uns sur une multitude, le bruit, les odeurs et la pollution de notre monde ?

En attendant, pendant des décennies, les métiers de production ont été, dans notre pays, très mal considérés. À tel point qu’on a voulu, consciemment ou non, les voir disparaître de nos latitudes. “Mon fils, ma fille, tu seras cadre, enseignant, médecin”, la France sera un pays de services et la Chine subviendra à nos besoins en produits made in très très loin.

Alors, collectivement, on a tout fait comme prévu : l’Éducation Nationale nous a fourni de beaux diplômes, les entreprises nous ont créés des intitulés de poste si sophistiqués qu’on a l’impression d’être intelligent rien qu’en lisant notre carte de visite et nous nous sommes inventés un mode de vie urbain, rapide, où les pauses se font en vacances, ailleurs, dans de véritables paradis… artificiels.

Ceux qui persistaient à exercer des métiers traditionnels étaient considérés comme des originaux ou des derniers de la classe qu’il fallait bien occuper…

Sauf que depuis quelques années, de plus en plus de premiers de la classe sont en train de rejoindre ces derniers de la classe, en disant haut et fort que ce sont eux qui avaient raison. Ces anciens cadres et professionnels des services viennent chercher du sens dans ces professions qui en regorgent. Ils y découvrent un autre rythme, un sentiment d’utilité que la matrice de complexité qui se répand dans de nombreuses entreprises contemporaines leur a fait perdre de vue.

Ces nouveaux venus y arrivent avec l’enthousiasme des bizuts et des idées novatrices plein la tête. Au passage, ils redonnent de la considération à leurs confrères et collègues qui travaillaient jusqu’ici dans ces secteurs sans en tirer la moindre fierté tant ils avaient été méprisés. Ils redécouvrent ensemble la noblesse de ces professions qui ont une histoire, un présent et, parce qu’elles intègrent nos nouvelles considérations sociétales et environnementales, ont également un avenir.

En plus, ces métiers ne payent pas mal, offrent des carrières évolutives partout en France et embauchent à tour de bras. Des parcours de formations et de reconversion sont déjà bien en place et n’attendent que des candidats. Bref, le chemin est balisé.

Quant à nous, Les Déviations, s’il nous est arrivé de parler de reconversion dans le développement personnel et l’architecture d’intérieur, cette fois-ci on est dans le solide !

La tendance est lourde, les métiers sont pérennes et ont fait la preuve qu’ils sont une bonne terre d’accueil tant ils ont épanoui des générations de professionnels. Mais attention ! Car ces métiers enracinent ceux qui les exercent dans des territoires dont certains d’entre nous ont oublié jusqu’à l’existence tant ils sont absents des plans de métro.

Alors, si vous avez pensé un jour à vous reconvertir, ne décidez rien avant d’avoir lu ce magazine qui vous invite à vous initier à l’univers des “métiers du faire”.

Date de sortie : à partir de fin février – début mars 2023

Informations complémentaires

Poids 0,500 kg

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Précommandez
Le magazine Les Déviations N°2”