Sens & travail : les nouvelles tendances 2022…

Evolution travail

Finis les avantages uniformes comme les déjeuners gratuits et les abonnements à des salles de sport ? Les études, les soins seront de plus en plus intégrés dans les discussions avec les RH.

C’est le très sérieux magazine Forbes US qui vient de se plonger sur les nouvelles grandes tendances du monde du travail 2022, après le covid, et après le “mort-né” ( ? ) phénomène de The Big Quit – Pour rappel, pas moins de 38 millions d’Américains  – sur 162 millions d’actifs- n’ont pas hésité à démissionner en 2021 de leur société-

Et si on assistait à un autre cycle ? Pour le célèbre magazine économique, nos habitudes changent et nos aspirations évoluent encore. Voici les principaux éléments développés par Forbes dans cette tribune passionnante.

Réimaginer les avantages liés à l’emploi : l’éducation en tant qu’avantage

Pour Forbes Us l’époque “des cours de développement professionnel ponctuels est révolue.” Les employeurs proposent désormais plus que jamais à leurs employés de tous niveaux la possibilité d’obtenir des diplômes.” Et Forbes de citer des marques mondialement connues et à la pointe dans ce domaine : Amazon, Macy’s et Starbucks. Les employeurs avaient comme coutume de consacrer 80 % de leur budget de développement professionnel à leurs employés les mieux rémunérés. De plus en plus d’employeurs adoptent et adopteront une stratégie “d’éducation en tant qu’avantage » pour attirer, retenir et développer leur main-d’œuvre. “La réalité est que de nombreux postes non pourvus sont des opportunités de développement pour les candidats internes. Les entreprises qui comprennent cela sont en mesure de mieux s’en sortir sur le marché concurrentiel actuel des talents.”

La prestation de soins comme avantage

Les femmes continuent de quitter le monde du marché du travail en grande partie à cause de leurs responsabilités familiales non rémunérées. Les employeurs qui veulent garder les femmes brillantes marqueront de précieux points en “offrant la prestation de soins comme un avantage.” Finis les avantages uniformes comme les déjeuners gratuits et les abonnements à des salles de sport ? Les études, les soins seront de plus en plus intégrés dans les discussions avec les RH.

Le talent en tant que service : 

Est-ce la fin de la Grande Démission ? Ses effets devraient s’atténuer avec le temps. Reste que des facteurs ont vraiment changé et de manière, certainement, très durables :

  • Les employeurs devront accepter de recruter des salariés là où ils se trouvent.
  • Les congés pourront être pris sur de plus longues périodes à un moment donné.
  • Enfin, on restera moins longtemps quoi qu’il arrive dans une entreprise. Forbes relève que “l’ancienneté moyenne des employés dans certaines entreprises à forte croissance étant désormais estimée à 1,8 an seulement.”

Innover encore dans le management…

L’auteure de cette tribune de Forbes, Dr. Angela Jackson, en est convaincue : “les entreprises devront trouver des moyens créatifs d’externaliser les talents. À l’instar du logiciel en tant que service, le talent en tant que service est un modèle qui permet aux employeurs de recruter des talents flexibles quand ils en ont besoin, pour la durée qui leur convient.” Un modèle gagnant pour les employeurs : cette approche réduit les risques liés à l’embauche et à la dotation en personnel. Mais aussi pour les salariés qui ont la garantie d’une plus grande autonomie pour modifier leur carrière et leur trajectoire. “C’est un élément essentiel de la stratégie à long terme de toute entreprise en matière de talents” assure Angela Jackson.

Encore plus de pouvoir pour les salariés

On le sait, les pénuries de main-d’œuvre ont modifié la donne, notamment dans le domaine salarial. “De nombreuses organisations ne peuvent plus fonctionner avec un modèle économique fondé sur des salaires bas.” Le sens de l’histoire ? Un meilleur accès au capital et à la propriété. Un modèle coopératif qui porte ses fruits et se développe outre-Atlantique et devrait faire des émules de l’autre côté de l’Atlantique. Forbes Us cite les épiceries Publix qui comptent près de 20 000 employés qui travaillent dans l’entreprise depuis plus de 15 ans. Un plan d’actionnariat ( sans frais) est offert à ces employés.

Les avantages sociaux seront renforcés (salaires plus élevés, avantages sociaux étendus, possibilités de formations, etc.) “qui sont complètement différents de ceux d’il y a cinq ans.” Les grandes entreprises qui ont plus de moyens, il est vrai, y sont déjà très sensibles. Un phénomène qui ne devrait pas épargner les petites entreprises.

Quand le “Metaverse” s’invite…

Des centres de formation spécifiques aux emplois vont continuer à se développer et intégreront la réalité augmentée (RA) et la réalité virtuelle (RV). Forbes prédit : “Nous assisterons probablement à une coalescence autour des apprentissages, qui passeront du statut de « voie alternative » à celui de voie qui devrait être de plus en plus accessible à tous. Nous constatons déjà que les marchés financiers commencent à parier sur cet espace avec l’évaluation de près d’un milliard de dollars du métavers et la clôture de plus grands tours de table.”

« Travailler avec d’autres gens, pas avec des entreprises »

Serait-ce l’une des grandes conséquences du Covid ? Les entreprises s’efforcent de recruter des talents dans un marché du travail hautement concurrentiel. Les salariés, eux, choisissent de travailler avec d’autres gens, pas avec des entreprises.

Conclusion de Forbes : “au fur et à mesure que les travailleurs du monde entier réévaluent la place du travail dans leur vie, nous verrons se développer une gravitation vers des employeurs plus humains – non seulement dans la façon dont ils traitent leurs employés, mais aussi dans la façon dont ils mènent leurs affaires et se montrent dans les communautés.”

Et si travailler n’avait jamais été aussi “chouette”… Et le monde du travail aussi attirant ?

Qu’en pensez-vous ? Comment jugez-vous ces nouvelles tendances ? Le débat est ouvert…

Catégories

Inscription à la newsletter

Les déviations est né d’une idée simple :
raconter des histoires de gens qui ont changé de vie.

Suivez nos événements

Laisser un commentaire

Vous inscrire à notre newsletter