Ce sont les événements qui commandent aux hommes et non les hommes aux événements.

Série de podcasts : L’instant Philo

5 épisodes

Dans cette série de podcasts, les Déviations reviennent avec philosophie sur le changement. 5 invités, tous philosophes, réfléchissent avec nous et vous au travers d’interviews intimistes. L’occasion de revenir sur ces petites phrases que nous connaissons toutes et tous, que nous avons peut-être déjà prononcés par conviction ou sans y croire vraiment, dont on se sait plus si elles révèlent ou masquent une vérité. Venez donc faire une petite promenade de l’esprit en notre compagnie.

Épisode 1 – “LES GENS NE CHANGENT PAS”

Marie Robert est enseignante en philosophie. Elle est aussi la fondatrice du podcast « Philosophy is sexy ». « Je crois à un monde en perpétuel transformation, et nos vies le sont aussi ». Spoiler : le changement est permanent ! Et c’est sur la base de ce chaos que nous avons discuté le plus joyeusement du monde un mercredi après-midi, assises comme deux fillettes sur les minuscules chaises de l’école maternelle qu’elle a créée, un lieu qui exprime, intimement pour elle, un moment de changement.

Ce fut aussi l’occasion d’apprécier la sortie de son premier roman à propos duquel elle écrit : « J’avais envie de raconter l’histoire de Pénélope. Et à travers elle, l’histoire de ceux qui pleurent dans leur lit, jusqu’à ce qu’un matin, ils se relèvent. L’histoire des crises qui nous fondent. Et celle, des expériences dont on ne sait pas où elles mènent. […] L’histoire de nos voyages intérieurs. »

Épisode 2 – ” CHANGER DE VIE, C’EST TROUVER L’IDENTITE QUI DORMAIT”

Aurions-nous rencontré le Diogène contemporain ? Gilles Vervisch est un tantinet cynique ; l’essentiel pour lui est d’aller contre le sens commun, de dénicher les paradoxes et de laisser notre étonnement s’en mêler. Certes, cet agrégé confesse un petit syndrome de l’imposteur mais rapidement son esprit vagabonde entre Star Wars et Stranger things, entre Hume et Bergson. Car la POP philosophie qu’il pratique embrasse aussi bien grands penseurs que des séries, films et romans. Autant de références – décomplexées – à la culture populaire qui ne cesse de l’inspirer. Et puis il y a l’humour. « La forme achevée de l’intelligence » selon cet enseignant de philosophie et auteur. 

Nous interrogeons avec lui la formule “j’ai réussi à donner le change” qui nous conduira entre autres à parler d’identité. « On n’en change pas, on la trouve de plus en plus ! ».

Interview, réalisation et montage Emilie Drugeon / Photos ©Emilie Drugeon

Références abordées :

– Le Rire : essai sur la signification du comique, Henri Bergson (éd. Félix Alcan)

– Critique de la raison pure, Emmanuel Kant (éd. PUF)

– Indignez-vous !, Stéphane Hessel (Indigène éditions)

– Traité de la nature humaine, David Hume (éd. Flammarion)- Psychologie de l’inconscient, Carl Gustav Jung (éd. Le livre de poche)

– Discours de la Méthode, René Descartes (éd. Flammarion)

– Fahrenheit 451, Ray Bradbury (éd. Gallimard) – Into the wild, Sean Penn

Épisode 3 – “IL EXISTE EN MOI UN ESPACE INSAISISSABLE”

Qu’y a-t-il derrière « je me sens étranger à moi-même » ? L’expression inquiète mais rappelle que nous évoluons sans cesse ! Avec humilité, Maud Voiron répond : on y trouve ce qui nous échappe. Une part insaisissable, qui fait la beauté, la complexité de nos êtres, et l’écrin de notre liberté. Aussi, ce moment où je ne me reconnais plus n’est-il pas celui… où je me rencontre ?

La rencontre. Ce n’est pas un hasard si cet entretien a débuté, et s’est conclu avec elle. La rencontre avec autrui est porteuse de sens. C’est « une façon de se rencontrer soi-même ». Il y a deux décennies, j’ai fait la connaissance d’une future grande amie, doublée d’une spécialiste de l’éthique. Maud Voiron est philosophe, enseignante en bioéthique notamment. Nous avions prévu de nous retrouver dans le quartier de Montplaisir, à Lyon, dans un parc au surnom évocateur. Ce petit parc symbolise son kairos ; ce qui a constitué pour elle « le bon acte au bon moment ». De fil en aiguille, la différence entre morale et éthique est par exemple apparue.

L’éthique, justement, raisonne avec la notion contemporaine de transhumanisme. Il vise à éliminer tous types de vulnérabilités en nous, êtres humains, peut-être au risque de nous rendre étrangers à nous-mêmes ? Peut-on se perdre dans ce futur déjà présent, telle est la question.

Interview, réalisation et montage Emilie Drugeon / Photos ©Emilie Drugeon

Références abordées :

-La rencontre, une philosophie, Charles Pépin (éd. Allary)

-Ethique à Nicomaque, AristoteMéditations métaphysiques, René Descartes

-Soi-même comme un autre, Paul Ricoeur (éd. Points)

-Condition de l’homme moderne, Hannah Arendt (éd. Pocket)

-Species technica, Gilbert Hottois (éd. Vrin)

-Le petit prince, Antoine de Saint-Exupéry (éd. Gallimard)

Épisode 4 – “L’ATTACHEMENT ME REND LIBRE”

« Dans le milieu du podcast, on se tutoie ! » À ma première question, le ton est joyeusement donné. Il faut dire que nous avions déjà eu l’occasion d’échanger, notamment dans les couloirs du Paris Podcast Festival que Thibaut de Saint-Maurice a co-fondé en 2018. Le podcast, il en aime l’écoute et un certain pouvoir de nuance et de couleurs, une ouverture sur des mondes qui nous sont inconnus, et la possibilité donnée à nos imaginaires d’y galoper.

Longtemps professeur de philosophie au lycée, Thibaut a joué le jeu de l’Instant philo. Il s’est attaqué à l’expression “il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis”, proverbe si usité qu’on pourrait en oublier les aspérités ! Pourtant, cet amateur de sagesse populaire y voit aussi bien une amorce qu’un appui de réflexion, ou encore une bouée de sauvetage. Ce dicton interroge par exemple la notion d’intelligence (est-ce faire preuve de souplesse ou de constance ?), ou la question du déterminisme lié à nos existences. Ici, nos choix et avis sont toujours soupçonnés de ne pas être tout à fait les nôtres… Vous la voyez venir ? La liberté. Où se situe-t-elle dans l’inspection philosophique de cette expression populaire ?

Pour ce quatrième épisode, nous vous proposons de repenser Jean-Paul Sartre, Scarlett O’Hara et les gobelets en plastique. Laissez-vous surprendre et peut-être, changer d’avis !

Interview, réalisation et montage Emilie Drugeon / Photos ©Emilie Drugeon

Références abordées :

– « Girls » de Lena Dunham

– « Orange is the new black » de Jenji Kohan

– « Autant en emporte le vent », film de Victor Fleming adapté du roman de Margaret Mitchell

– « L’Etre et le néant », Jean-Paul Sartre

Épisode 5 – “LES ÊTRES NE SONT PAS FIGÉS”

Dans votre entourage, vous connaissez peut-être une personne « différente ». Peu importe l’étiquette accolée (haut potentiel, zèbre, hypersensible, autiste ou TDH…), cette personne incarne à elle seule la diversité des intelligences. Or prendre en considération cette neurodiversité, c’est « revendiquer l’égalité des intelligences », nous dit Juliette Speranza.

Nous nous sommes rencontrées au jardin des Tuileries, un cadre qui lui évoque l’univers des fêtes foraines et le monde du spectacle dont elle est si proche. Ancienne professeur des écoles, aujourd’hui autrice et doctorante en philosophie, Juliette Speranza réfléchit au cadre scolaire imposé aux jeunes, refuse le déterminisme et considère que nous avons tous et toutes des talents.

Confiance, estime de soi et vivre ensemble : l’école pourrait fournir ces apprentissages, plutôt qu’un lieu de stigmatisation et d’exclusion ! Qu’est-ce que le monde des autres ? Comment cultiver l’autonomie tout en composant avec l’altérité ? Dès le plus jeune âge, une réponse pourrait être donnée à ces questions, estime la philosophe de l’éducation. Ce serait prendre le temps et la liberté de se connaître, ce serait « se libérer des normes pour s’ouvrir au changement ».

Interview, réalisation et montage Emilie Drugeon / Photos ©Emilie Drugeon

Références abordées :

– Neurodiversity : the birth of an idea, de Judy Singer

– L’échec scolaire n’existe pas, de Juliette Speranza (éd. Albin Michel)

– Le normal et le pathologique, de Georges Canguilhem

Quête de sens, changement de vie - découvrez le magazine "Les déviations" pour vous aider à faire le point...
Quête de sens, changement de vie – découvrez le magazine “Les déviations” pour vous aider à faire le point toujours en vente via ce lien.

Laisser un commentaire

Vous inscrire à notre newsletter