Pedro Correa : “La vie tout de suite et maintenant…”

"Qu'est ce que je changerais dans cette vie si je mourrais demain ? "

Lorsque Pedro Correa assiste en 2006 au décès accidentel brutal de son père qui n’était âgé que de 56 ans. Il réalise alors qu’il y a “une différence énorme entre savoir qu’on est mortel et savoir qu’on va mourir.” Pedro, lui, est âgé de 29 ans.

Depuis ce jour-là, une question existentielle restée pour Pedro comme pour beaucoup théorique se transforme en équation qu’il est vital de résoudre : “Qu’est-ce que je ferais si je devais mourir demain ?”.

“Travaux pratiques” de la mortalité.

“Il y a eu ce que j’appelle les “travaux pratiques” de la mortalité. En théorie, on sait tous que l’on est mortels, mais c’est un concept qui est très vague. Il y a énormément aujourd’hui de subterfuges, justement pour essayer d’oublier qu’on est mortels ou pour essayer de nous faire croire que ça va arriver, mais on ne sait pas, peut-être dans hyper longtemps.”

Pedro va commencer par sortir des rails construits par d’autres, puis se détacher des peurs qui sont souvent celles des autres : “Mais comment tu vas faire si tu quittes ton CDI ?“, et finalement laisser place au foisonnement des possibles en suivant sa passion pour la photographie.

Depuis des années que Pedro Correa en vit, les opportunités et les surprises s’enchaînent. Auteur, photographe, conférencier, Pedro nous raconte aujourd’hui sa traversée. Il est aussi l’auteur de “Matins Clairs” paru aux éditions de l’Iconoclaste. “Ce qui compte, c’est d’être en accord avec nos valeurs et avoir un impact positif.”

Pedro témoigne aussi dans le magazine Les Déviations qui est toujours en vente dans les kiosques ou via ce lien.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Vous inscrire à notre newsletter