amandine gauberville dans la tech

« Je crois qu’on a eu un ordinateur dès que c’est devenu possible d’en avoir un, au moment où ça s’est généralisé dans les années 90 ».

Amandine Gauberville, une femme Ordi’naire

Savez-vous qu’au 19ème siècle, à l’ère du développement des sciences techniques et sociales, les femmes étaient des pionnières dans la Tech ? Nous pensons évidemment à Ada Lovelace qui a conçu le premier algorithme logiciel en 1843. Cela peut surprendre lorsque nous savons qu’aujourd’hui, le nombre de ces femmes décroît considérablement dans les sciences du numérique. Elles constituent aujourd’hui à peine plus de 16% des effectifs dans ce secteur de pointe. Parmi celles qui ont osé se lancer, il y a Amandine Gauberville. Elle nous raconte comment sa passion pour l’informatique l’a arrachée au monde des Ressources Humaines. Un changement de vie pour le moins inspirant.

Premiers pas dans les Ressources Humaines

Amandine Gauberville, 30 ans, originaire d’Orléans était responsable dans les Ressources Humaines. Elle a travaillé en tant qu’apprentie RH pour l’entreprise le Coq Sportif. Elle a ensuite été assistante « Emploi-Formation » à AGEFOS PME (Association de Gestion des Fonds de Formation des Salariés des Petites et Moyennes Entreprises), Enfin, elle a intégré la Société Coopérative Agricole Axeraleen en tant que gestionnaire administrative RH. Aujourd’hui, Data Analyst, elle a fait le choix de se reconvertir dans l’informatique, sa passion de la première heure. 

Les prémices d’une vocation 

Chez les Gauberville la logique, c’est une affaire de famille ! Son père est un féru d’informatique et sa mère employée dans un laboratoire, possède de solides bases scientifiques. Grâce à la combinaison de ces deux savoirs, la jeune femme développe un interêt pour les sciences de l’informatique. 

À l’âge de 5 ans, Amandine Gauberville entre en contact avec son premier PC, «Je crois qu’on a eu un ordinateur dès que c’est devenu possible d’en avoir un, au moment où ça s’est généralisé dans les années 90 ». Elle alimente cet attrait pour l’informatique et se familiarise avec l’objet. « Petite, j’allais sur les ordinateurs de manière assez naturelle ».

Élève brillante et sérieuse, elle accumule les bonnes notes. Pourtant, au lycée, au moment de faire son choix de carrière, ce domaine d’activité ne lui effleure pas l’esprit. « Jamais je me serai dit que j’irai faire des études dans l’informatique », affirme la jeune femme. Sa première idée de carrière lui vient alors qu’elle traverse une épreuve difficile. Sa mère subit un plan social établi par sa DRH. Elle transforme donc cette fâcheuse expérience en véritable vocation. Elle comprend très vite que ce qui l’intéresse dans les Ressources Humaines, c’est l’humain, la formation et la polyvalence des missions. Selon Amandine,  la difficulté de ce métier résulte dans le fait d’adopter une posture juste : « en tant que RH, il faut avoir une posture bienveillante et savoir en prendre et en laisser ». 

Sa dernière expérience dans les Ressources Humaines était très plaisante. Amandine affectionnait particulièrement les tâches qu’elle devait exécuter au quotidien. Étant forte de propositions, la jeune femme se rendit compte que les outils informatiques étaient peu développés au sein de son entreprise. Elle a donc eu à coeur de créer un intranet. « À la base, cet outil était utilisé pour diffuser des informations RH et cela a tellement bien fonctionné qu’il a été utilisé par tous les collaborateurs de l’entreprise, donc c’était pour moi, une grande fierté ». Amandine a mis beaucoup de temps à accepter que le secteur du numérique puisse lui convenir car, elle était persuadée qu’il était réservé aux hommes. « J’ai beaucoup d’amis qui ont fait de l’informatique et  il y avait peu de femmes». Ce nouveau contact avec l’informatique, lui fait prendre conscience que ce métier pourrait parfaitement lui convenir et qu’elle serait susceptible de s’y épanouir davantage que dans son poste actuel de RH. « Ce que j’aime dans l’informatique, c’est quand on réussit à faire ce que l’on souhaite à l’ordinateur. C’est un vrai sentiment de fierté et de satisfaction quand on passe des heures à chercher et qu’on trouve la solution » sourit la jeune femme. 

De la passion à la réalité 

Alors qu’Amandine commence tout juste à renouer un contact avec sa passion pour le numérique, elle reçoit un mail de son ancienne entreprise. Il incite les salariés notamment les femmes à bénéficier de la bourse Ironhack. C’est un dispositif qui permet de favoriser les femmes dans le milieu de la technologie. L’objectif est donc d’avoir plus de parité et de pallier la sous-représentation des femmes dans ce secteur. Elle s’y inscrit, elle réussit le test et elle est acceptée. Très vite, le monde de la Data lui paraît être une évidence parmi les nombreuses branches qui composent le numérique. « Dans le métier de la Data, j’aime le côté où il faut comprendre tout l’environnement de l’entreprise. C’est également cette dimension qui lui plaisait déjà dans les Ressources Humaines. Le métier de la Data reste donc associé au monde de l’entreprise et c’est ce qui ravie la jeune femme. Malgré les difficultés rencontrées pendant sa formation, Amandine se bat. « Au début de la formation, au moment du langage de programmation, j’étais perdue. J’ai dû m’accrocher et faire des heures supplémentaires pour arriver à comprendre et à suivre le mouvement ». Mais le résultat est là et bien là. Elle s’épanouit aujourd’hui  en tant que Data Analyst Specialist chez Artefact. Amandine a finalement pu réaliser son rêve d’enfant en changeant de vie ! 

 Les Déviations N°2
Arrive bientôt

Les Déviations – Hors Série
Toujours en vente

Laisser un commentaire

Vous inscrire à notre newsletter