Anne Bianchi : la thérapie du non ! 7 millions de vues sur notre page FB !

Témoignage : Anne Bianchi

"A l’époque, mon corps devait obéir à mon cerveau, comme un cheval à qui on donne des coups de cravache."

Journaliste de formation, Anne Bianchi semblait avoir toutes les clefs de la réussite. Très tôt et par pur hasard, elle intègre la presse féminine, puis elle lance le magazine, Be – un concurrent de Grazia et de Elle- au sein d’un grand groupe de presse, Lagardère-Active. Elle se retrouve à la tête d’une équipe de 55 personnes. Elles est sous la pression de son actionnaire pour réussir ce lancement et imposer ce titre, ce qui est un pari risqué puisque l’univers est déjà bien occupé.

Sur le papier ce poste de rédactrice en chef fait rêver. Il permet aussi à Anne de voyager dans le monde entier pour participer à différents évènements et défilés de mode. Ambassadrice de son magazine, elle doit avoir un look et une forme irréprochables. Le moindre faux pas à ces niveaux lui est interdit. L’enjeu de son image envers le monde impitoyable des annonceurs est déterminant. Plus elle est au top, plus elle rayonne, plus on lui fait confiance. Si elle craque, l’histoire peut être très vite différente…

Les journées s’enchainent à des rythmes effrénés. Anne n’a pas le droit de montrer le moindre signe de faiblesse. Elle doit être forte à tous les niveaux, et gérer en parallèle sa vie privée. Elle n’a pas temps de respirer et elle n’a que de trop rares moments à elle pour se reposer. La pression des chiffres, des ventes est hebdomadaire. Tout comme le sont les bouclages. Et c’est Anne qui doit tout superviser au quotidien au sein de ses équipes : papiers non rendus, plannings bousculés, rendez-vous imprévus. Le poids sur ses épaules est bien plus lourd qu’elle ne l’imagine.

« Tout va bien, c’est merveilleux », pense-t-elle alors pour se rassurer ou se voiler la face. Jusqu’à ce que son corps commence à ressentir les premières alertes dans tous les aspects de sa vie, aussi bien professionnelle que privée et à lui envoyer des premiers signaux. « J’étais en surrégime total pendant des années, je faisais tout à l’excès (…) Il n’y avait jamais un espace vide dans ma vie. C’était une vie à 1 000 à l’heure. Tout était trop. Je n’avais jamais un moment de libre . Je n’avais même pas vu que j’étais enceinte de deux mois et demi ! Je n’avais rien vu, rien senti !».

Un jour, alors que son magazine est sur le point d’être vendu à un autre groupe de presse concurrent, elle décide de tout quitter et de prendre du temps enfin pour elle. Elle sait écouter son corps épuisé et prendre conscience qu’elle doit le ressourcer. Anne sent qu’elle doit tourner une page, se reconstruire, et penser à une nouvelle aventure toute aussi exaltante mais mieux pensée, gérée. Elle reprend des études de psychologie et à l’âge de 42 ans, Anne devient sexothérapeute et professeur de yoga Kundalini.

Aujourd’hui elle se dit « comblée ». Voici son témoignage qui a particulièrement ému la communauté Les Déviations sur Facebook. Sa vidéo a été vue à ce jour est en passe d’atteindre les 7 millions de Vues ! A revoir avec le même plaisir ou tout simplement à découvrir.

Reportage et montage : Sydney Klasen / Interview : Laurence Vély

En vente dans les Kiosques ou via ce lien via ce lien.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Vous inscrire à notre newsletter