Anne Bianchi : 3 ans après… Quel regard sur son changement de vie ?

"Même avec la trouille au ventre, j'ai posé des actes d'autonomie".

3 ans après sa première vidéo, en janvier 2019, Anne Bianchi témoigne une deuxième fois pour notre média. Rappelez-vous, directrice de rédaction d’un magazine féminin très branché pour un grand groupe, elle avait tout quitté au bord du burn-out. Sa vidéo aussi émouvante qu’inspirante a été vue plus de sept millions de fois.

Ma vie n’avait pas de sens pour moi, j’étais bien occupée mais il y avait quelque chose d’automatique (…) Il n’y avait jamais un espace vide”, nous disait-elle à l’époque. – Revoir la vidéo-

Aujourd’hui, Anne Bianchi est professeur de Yoga Kundalini et thérapeute spécialisée dans la sexologie. Elle est beaucoup plus épanouie et alignée avec elle-même : “je peux dire non à ce que je ne suis pas, à ce que je n’aime pas… à ce qui n’est pas moi”

Trois ans après son premier témoignage, nous avons voulu savoir ce qu’est-elle devenue ? Que lui a réellement apporté son changement de vie ? Est-elle restée fidèle à ses choix ? Ne nourrit-elle aucun regret ? Qu’est ce qui a, avec le recul, changé aussi financièrement ?

Désormais, elle reçoit régulièrement du public au sein de son cabinet qu’elle nous dévoile. Totalement épanouie, elle ne regrette en rien sa reconversion et encourage même à sauter le pas. Elle explique très clairement qu’en prenant le risque de perdre, elle a fini par gagner car elle a acquis “le pouvoir de se réaliser”. “Même avec la trouille au ventre, j’ai posé des actes d’autonomie”.

Aujourd’hui, je vis l’autre cycle, celui qui est après”

“Ma pratique et ma patientèle se sont développées.”

“Je faisais plein de trucs, j’étais bien occupée, mais ma vie n’avait pas de sens. Je ne trouvais pas d’énergie dans ce que je faisais. Comme beaucoup de gens, je crois aujourd’hui.”

Mon thérapeute me disait : faites confiance au processus, Anne, c’est le processus. Ne pas avoir peur de perdre, de se dépouiller (…) Il faut souvent savoir ce que l’on ne veut pas d’abord. Commet je peux dire non à ce que je ne suis pas, à ce que je n’aime pas vraiment. (…) Le non protecteur est pour moi primordial. Aujourd’hui, j’ai pu poser des oui qui étaient des oui authentiques. (…) Etre confrontée à ces challenges m’a fait grandir. J’ai trouvé mes propres ressources de cette manière là.”

“Si on a un vrai désir, on a en nous un pouvoir de le réaliser.”

J’ai commencé à travailler chez moi dans mon salon, quand les élèves partaient j’enlevais les tapis, je mettais deux chaises et c’était aussi mon cabinet. Un jour j’ai repensé cet espace. J’ai emprunté pour ça. Au fond de mois, je me disais, ça ne peut pas ne pas marcher. Contrairement à avant, je sentais que c’était ma vie, en fait.”

Shambala…

Je vais avoir 50 ans, c’est le soleil. Je suis toujours parfois dans les excès, sauf qu’aujourd’hui j’entends mieux ma petite voix intérieure, et j’ai des espaces, ce que j’appelle notre Shambala, c’est vraiment cet endroit où l’on est en paix, en fait.

Cette vidéo est la première d’une série. Ne manquez pas les autres épisodes !

Cette vidéo est la première d’une série : ils ont témoigné sur leur changement de vie, qu’est-ce qui a vraiment changé avec le recul ? Ne ratez pas les autres épisodes que nous diffuserons dans les semaines à venir.

Quête de sens, changement de vie - découvrez le magazine "Les déviations" pour vous aider à faire le point...
Quête de sens, changement de vie – découvrez le magazine “Les déviations” pour vous aider à faire le point… En vente via ce lien

Laisser un commentaire

Vous inscrire à notre newsletter