Olivier Remoissonnet : sauver un savoir-faire en le décarbonnant

Tout n’a pas été fait pour empêcher la délocalisation et les pertes d’emplois qui en découlent.

Fils d’artisans coiffeurs, Olivier Remoissonnet est attiré par l’univers de la fabrication. Dès son plus jeune âge, il aime comprendre de quoi sont faites les choses. C’est donc naturellement qu’il s’intéresse à l’industrie.

Olivier Remoissonnet rentre par hasard dans une brosserie en 1998 : c’est une révélation. Il découvre alors un produit qui le passionne et un métier qu’il ne quittera plus.

Mais sous la pression de la concurrence étrangère, l’entreprise dans laquelle il travaille est placée en redressement judiciaire en 2011.

Olivier ressent alors une colère intérieure : tout n’a pas été fait pour empêcher la délocalisation et les pertes d’emplois qui en découlent.

En quelques semaines, il tente un pari fou et monte un plan de reprise avec un associé.

En 2012, le plan est accepté par le tribunal : La Brosserie Française est née.

Pour survivre, pas le choix, l’entreprise doit faire différemment. Il travaille à fond la responsabilité de ses produits afin de leur donner ce que la concurrence qui fabrique à l’autre bout du monde, ne peut pas lui donner : une empreinte carbone très basse.

10 ans plus tard, La Brosserie Française a plus que doublé son chiffre d’affaires, tout en divisant (proportionnellement) par 4 sa consommation d’électricité.

Olivier Remoissonnet veut démontrer qu’il peut y avoir une viabilité économique à faire du Made in France.

Dans son interview, il nous raconte les coulisses de son parcours riche en rebondissements.

D’autres parcours inspirants vous attendent dans nos livres et magazines. Ils sont disponibles en librairie et sur notre site internet.

Pour en savoir plus sur son histoire, écoutez son podcast :

Laisser un commentaire

Vous inscrire à notre newsletter