Caroline de la Porte : de la plume à la terre !

Témoignage : Caroline de la Porte

"Je vivais de ma plume mais je me suis demandée : ne crois-tu pas qu’au fond ton rêve, c’est ça ? C’est peut-être ça que tu as envie de faire ? Devenir céramiste ? "

Depuis son plus jeune âge, Caroline de la Porte possédait déjà les traits de caractère qui la définiront adulte. Elle adorait lire des livres, mais quand son nez n’était pas dans les bouquins, elle faisait travailler son imagination débordante. Elle a été éduquée en région parisienne par un père chirurgien et une mère qui tenait un salon d’Art Contemporain. Cette dernière lui transmet tout son savoir sur l’art et son métier. Pour Caroline, c’est à ces moments que la graine de l’amour de l’art a été plantée.

Deux passion dévorantes

Dans un premier temps, elle se concentre sur sa première passion : l’écriture. Se lançant dans des études de publicité, puis, elle enchaîne avec une maîtrise de lettres à la Sorbonne. Par la suite, elle rejoint une petite agence de communication pendant environ 3 ans. La publicité n’ayant pas réussi à étancher sa soif d’écriture, elle s’est mise à son compte et elle devient journaliste free-lance. Elle travaille pour nombreux de magazines. Caroline fait ses interviews à sa propre manière : “Ce que je cherchais c’était de voir la personne derrière le professionnel. Ce qu’il, ou elle, avait besoin de faire ressortir

Une reconversion par passion

Au fil des ans, Caroline ressent une lassitude dans son métier de journaliste. Son mari lui conseille de se lancer l’écriture d’un livre pour vivre une nouvelle aventure, mais, malgré sa belle plume, elle ne se sent pas légitime. Bien qu’elle considère sa prise de conscience comme tardive, elle réalise que ce manque disparait quand elle à les mains dans la terre cuite. Très vite, la céramique passe de simple passe-temps, à une seconde nature pour elle. Pour y parvenir, tout n’a pas été simple.

Caroline se souvient : “J’ai d’abord fait un coaching professionnel. Et j’ai cheminé comme cela pendant neuf mois. C’était un travail très profond, très introspectif. J’explorai ma personnalité. Mon coach que je voyais régulièrement m’a dit : “bon la prochaine fois, on parlera de vos rêves. C’est quand même assez perturbant, mes rêves.. J’ai cherché quels étaient mes rêves pendant un mois. Je n’arrivais pas à sortir ça de moi. Mon coach ne me parlait plus de mes rêves, j’étais ravie. Jusqu’au jour où elle m’a relancé : “quels sont vos rêves.” J’étais sèche sur la question. Mon coach résignée a eu ces mots : “je crois que je ne vais rien pouvoir faire pour vous alors !” Je me suis vraiment sentie mal. Puis j’ai été dans l’atelier de céramique dans lequel j’étais inscrite et une amie m’a alors confié : “toi quand tu viens on sens que tu es vraiment dans ton univers, dans ton élément et dans ta bulle. Ne crois tu pas au fond que ton rêve, c’est ça. C’était comme si elle me l’avait autorisé.

Caroline suit alors une formation de céramiste puis elle travaille pendant un an dans un atelier partagé, avant d’ouvrir le sien. Ce changement de vie lui a permis de réaliser qui elle est vraiment.

Découvrez la vidéo de son témoignage inspirant ainsi que son site

Reportage, montage et interview : Myriam Amossé

Le magazine Les Déviations qui est toujours en vente actuellement dans les kiosques et via ce lien.

Laisser un commentaire

Vous inscrire à notre newsletter