Raphaël Poulain : l’ex “Dieu du Stade” devenu un “vrai homme…”

"On m'a inculqué qu'une réussite humaine passait obligatoirement par la conquête du monde extérieur, des femmes..."

Retrouvez le témoignage de Raphaël Poulain dans le premier numéro les Déviations qui est toujours en vente dans les kiosques ou via ce lien

Trois fois champion de France de rugby avec le Stade Français, Raphaël Poulain s’était pris pour “Superman” avant de tomber de son piédestal.

Projeté tout jeune dans une carrière de rugbyman professionnel, Raphaël Poulain goûte à une vie intense, médiatisée, grisante et ignore les signaux “de ce corps qui lâche au fur et à mesure”. Difficile de quitter sa cape de super héros, de dieu du stade, qu’il troquera pour un temps avec une course aux trophées intellectuels à travers la philosophie notamment.

Mais les dissonances entre ce qu’il prône et sa conduite sont trop grandes ; après le physique, son ego va exploser, piqué au vif par une phrase de sa compagne. Entre son désir de monter sur scène et sa vie intime à reconstruire, c’est sa juste place qu’il doit alors trouver en tant qu’homme “dans cette société qui nous a vendu un idéal masculin par la gloire, l’argent, la notoriété, le muscle, avoir une paire de couilles.”

Savoir changer de “logiciel”

C’est en changeant de logiciel qu’il a pu se sortir d’une période bien compliquée, devenir coach mental ainsi qu’un conférencier incontournable dans le monde du sport et de l’entreprise, en donnant un tout autre sens à sa vie.

À travers de nombreux projets et son engagement associatif, il s’attelle aujourd’hui à renverser ces représentations de la masculinité qui l’ont abimé, lui et tant d’autres.

Retrouvez dès aujourd’hui la version longue du témoignage de Raphaël Poulain en podcast sur Acast ! https://cutt.ly/vRu66eS

Extraits :

“La tristesse de se rendre compte que l’on est pas responsable d’un système mais que l’on est co-responsable de ce qui nous arrive. J’ai décidé de me regarder en face, c’est à dire de voir un peu tous les rôles que j’avais joués, donc de m’appliquer un petit peu toutes ces prises de conscience que j’avais eues dans ces livres parce que la théorie, elle est belle. On a des théoriciens, des spécialistes de tout. J’étais un spécialiste de tout, mais de rien du tout en fait.”

J’ai accepté d’être vulnérable”

J’entends la colère des femmes tout à fait légitime sur ce que vous pouvez vivre, sur le #MeToo, tout ça. J’entends très peu d’hommes prendre la parole sur le fait que c’est compliqué de devenir un homme. “

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Vous inscrire à notre newsletter