La déviation par le « slashing » : une solution ? 

"Ces multi-potentiels ont comme ambition principale le souhait de se réaliser pleinement."

La déviation par le « slashing » : une solution ? 

C’est le terme à la mode ! Le « slashing » recouvre la pratique du « multiemplois» ou « multiactivités ». Ce terme a été introduit pour la première fois en 2007 par l’Américaine Marci Alboher dans son ouvrage « One Person, Multiple Careers . Il est depuis devenu courant en France. « Personne, généralement issue de la génération Y, qui exerce plusieurs emplois et/ou activités à la fois »

Anywr (anciennement Cooptalis), qui se présente sur son site comme le leader du recrutement international et de la mobilité professionnelle vient de dévoiler une étude qui relève que cette pratique séduit de plus en plus les salariés, notamment les cadres.

4,5 millons de salariés cumuleraient plusieurs emplois…

Obtenez bien l’autorisation de votre employeur avant de franchir le pas…

Le cumul de plusieurs emplois concernerait 9 à 10% de la population active. Il est souvent lié à des métiers saisonniers. Une tendance en augmentation qui serait autour aujourd’hui des 16% -4,5 millions de salariés-

93 % de « slasheurs », exercent plusieurs emplois par choix, sans contrainte financière.

Cette pratique repose de moins en moins sur des motivations économiques et financières. Et de plus en plus sur un choix de vie assumé.

45 % des sondés constatent ne pas gagner davantage.  47 % des personnes interrogées cherchent à donner davantage de sens à leur travail.  Pour 29 % d’entre eux, cela permet de réduite le stress et la fatigue (22 %). 25% d’entre eux soulignent  le besoin d’indépendance ou d’horaires flexibles.

Les auteurs de l’enquête notent : « De nouveaux slasheurs, plutôt jeunes, urbains et qualifiés, en quête de sens et d’épanouissement, optent pour la multiactivités.  A travers une autre activité plus épanouissante ou deux temps partiels, le slasheur retrouve un confort au travail (…) Cela traduit leur souhait de changer les codes habituels du travail et de rechercher plus de libertés concernant statuts professionnels et horaires ». 

La création du statut d’auto-entrepreneur (2008) et le numérique permettent de développer « le slashing «. Attention toutefois, si vous êtes déjà salarié(e), vérifiez bien auprès de votre employeur qu’il vous autorise à vous engager dans un autre projet professionnel. Vous ne pouvez pas exercer une autre activité pouvant concurrencer celle de votre employeur. Le cumul peut être interdit par dispositions conventionnelles : Convention collective, accord collectif, accord de branche, d’entreprise ou d’établissement applicables en droit du travail.  – Toutes les infos sur le site .

“Le risque de s’ennuyer plus vite ? “

Marielle Barbe est l’auteur du livre « Profession slasheur » aux Editions Marabout. Elle remarque : « les slasheurs ont comme point commun d’être des personnes curieuses, enthousiastes, qui explorent très vite les sujets et ont la capacité à faire des liens. Ces multi-potentiels ont comme ambition principale le souhait de se réaliser pleinement. Ils craignent avant tout de se sentir enfermés, davantage qu’ils n’ont besoin de sécurité matérielle. Ils savent se remettre en question, apprennent en permanence et intègrent rapidement de nouvelles notions.

Revers de la médaille : ces personnalités sont souvent plus rapidement sujettes à l’ennui, et risquent de se disperser plus facilement. Voilà pourquoi la rigueur est une qualité : un bon slasheur sachant slasher doit savoir s’organiser et gérer plusieurs projets en parallèle. »

Vous le faites déjà ? Prêt(e) à vous lancer dans cette aventure à votre tour ? Témoignez !

A lire aussi : la déviation par le “Shift Shock” 

Quête de sens, changement de vie - découvrez le magazine "Les déviations" pour vous aider à faire le point...
Quête de sens, changement de vie – découvrez le magazine “Les déviations” pour vous aider à faire le point… Toujours en vente via ce lien.

Laisser un commentaire

Vous inscrire à notre newsletter