La Grande Démission : en baisse aux Etats-Unis… A relativiser en France ?

Les bas de laine fondent, les néoretraités se remettent au travail.... "Parmi les déçus, 40% ont eu du mal à retrouver un job"...

La Grande Démission : le phénomène s’essouffle outre-Atlantique… Mais progresse encore en France

Beyoncé a beau consacrer un titre,  “Break my Soul” de son dernier album qui fait un carton à ce phénomène, La Grande Démission donne des premiers « petits », certes, signes d’essoufflement. Une tendance qui va être observée de près.

Les chiffres US sont toujours impressionnants :

  • Près de 20 millions de personnes ont démissionné sur les cinq premiers mois de l’année, deux fois plus qu’il y a dix ans. 
  • Pour rappel, ils étaient en 2021, 47 millions. 3 % des salariés avaient ainsi quitté leur emploi (hors départs à la retraite). Tous les secteurs avaient été touchés.
  • Ce chiffre est « retombée » à 2,8 % en juin – contre 2,3 % avant la crise du Covid. Une baisse “légère”.

Le contexte général : les dernières tendance : 

Un demi-million d’emplois ont encore été créés en juillet 2022, un score en baisse mais toujours très dynamique. Le taux de chômage reste à 3,5 %. Bref, on recrute encore à tour de bras avec des salaires augmentés et des avantages salariaux renforcés. – lire notre précédent article, sur les nouvelles tendances 2022-

Quelles sont les causes de cet essoufflement observé qui doit, bien sûr être confirmé pour être établi dans les mois à venir ? 

26% des démissionnaires regrettent leur décision

  • Les « grandes vacances » ont une fin… Les bas de laine à un moment donné fondent d’autant que l’inflation galope et la bourse n’est pas au top. 
  • De nombreux « néoretraités » se sont remis au boulot…
  • Selon un sondage publié en juillet par la plateforme de recherche d’emploi Joblist, 26 % des démissionnaires regrettent leur décision. Parmi ces déçus, 40 % ont eu du mal à retrouver un emploi. 16 % a réalisé que son ancien emploi n’était pas si mal que ça.

En France, les dernières données dévoilées…

La Direction des études du ministère du Travail (Dares) – Direction de l’Animation de la recherche, des Études et des Statistique- vient de dévoiler les derniers chiffres : la vague de démissions est jugée “plus importante que d’habitude”. Elle concerne près de 520 000 salariés du secteur privé par trimestre, dont environ 470 000 démissions de contrats à durée indéterminée (CDI), contre environ 430 000 par trimestre fin 2019, avant la crise sanitaire. Mais selon l’étude publiée, “la tendance est à relativiser, car le taux rapporté à la population n’est pas inédit ni comparable au phénomène de « grande démission », observé aux États-Unis pendant la pandémie.

Le taux d’emploi également en hausse

Des démissions oui, mais pas de “fuite générale” du marché de l’emploi. Le taux d’emploi est plus élevé qu’avant la crise du Covid (+2,8 points). Il continue de progresser – lentement- pour toutes les tranches d’âges fin 2021 et début 2022, précise encore la Dares. Entre 2003 et 2022, le taux d’emploi en France est passé de 64,7% à 68% selon l’INSEE.

Le rapport conclut. : “Cela créé des opportunités pour les salariés déjà en poste“.

Les retours à l’emploi des démissionnaires sont élevées : environ 8 démissionnaires de CDI sur 10 au second semestre 2021 sont en emploi “dans les 6 mois qui suivent“.

Assiste-t-on à une grande démission en France ? Pour Eric Heyer, directeur du département analyse et prévision à l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) : « Ce n’est pas du tout la même chose qu’aux Etats-Unis où on parle davantage de salariés qui ne sont pas revenus au travail après la crise du Covid-19 (…) Ce grand nombre de départs peut vouloir dire que le marché de l’emploi au contraire, tourne à plein régime, souligne le spécialiste. Ce sont des démissions qui débouchent sur un nouveau recrutement, et non pour arrêter de travailler ».

Interrogée par 20 minutes.fr, Marie-Rachel Jacob, professeure de management stratégique des ressources humaines à emlyon business school note que « le marché de l’emploi outre-Atlantique est très différent de celui de la France, avec une fluidité beaucoup plus forte et beaucoup moins de stabilité Aux Etats-Unis, on assiste davantage à une sortie du marché de l’emploi, avec des jeunes diplômés qui « laissent tomber ».

Profitez de l’offre promotion pour découvrir notre magazine

Quête de sens, changement de vie - découvrez le magazine "Les déviations" pour vous aider à faire le point...
Quête de sens, changement de vie – découvrez le magazine “Les déviations” pour vous aider à faire le point… A commander au prix de 13 euros via ce lien

A suivre…

Catégories

Inscription à la newsletter

Les déviations est né d’une idée simple :
raconter des histoires de gens qui ont changé de vie.

Suivez nos événements

Laisser un commentaire

Vous inscrire à notre newsletter